Sélection du message

Futilités sur le net.

Non le net ne s'enflamme pas pour les questions qui  préoccupent nos compatriotes. Non, ce n'est pas le remaniement ministériel, ...

lundi 9 septembre 2019

Futilités sur le net.

Non le net ne s'enflamme pas pour les questions qui  préoccupent nos compatriotes.

Non, ce n'est pas le remaniement ministériel, ni le nouveau mode de développement, ni la compassion avec nos compatriotes disparus victimes des intempéries, ni les questions liées à la rentrée scolaire et universitaire  qui angoissent les parents appelés souvent à s'endetter pour y faire face, ni les maux qui gangrennent notre société, dont l'analphabétisme, la pauvreté, l’insécurité et la corruption ;  non rien de tout cela n’enflamme la toile.
Ce qui enflamme la toile, ce sont  les démêlés de Dounia Batma avec ses contradicteurs qui l'accusent d'être  avec d'autres dont des membres de sa propre  famille derrière un site qui fait dans la chantage, la prostitution et le dénigrement des artistes y compris en piratant leurs comptes sur le net. La justice est entrain d'enquêter sur cette affaire. Cette affaire est suivie notamment sur Youtube par des centaines de milliers sinon des millions de personnes notamment après le départ précipité de Dounia Batma pour Bahrain présenté par certains comme une fuite.
Il faut rappeler que cette situation trouve son origine dans l'invective, les insultes  l’exposition  dans la place publique de la vie d'artistes ou réputés comme tels qui confondent talent avec insultes et invectives et  relayés par les réseaux sociaux, et les journaux en mal d'audience.
Autre exemple de la médiocrité  ambiante sur le net c'est  le buzz réalisé dans  l'émission du journaliste Radouane Ramdani "fi kafass al ittiham" par la danseuse Maya 3,4 millions de vues et Chikha Traks 4 millions de vues. Ces audiences font certainement pâlir nos hommes politiques et des figures de prou la société civile souvent invités à cette émission et qui réalisent des maigres scores d'audience.
Pourquoi donc, ceux qui fréquentent le net se désintéressent-ils tant de ce qui se passe dans le pays et qui a une répercussion certaine sur leur vie quotidienne.
Notre société est elle à ce point malade ?

Au Maroc l'IVG est une préoccupation de santé publique.

Si pour le code penal. l'avortement est un crime, pour l'Etat c'est d'abord un probléme de santé publique.

Sur les 800 avortements clandestins  journaliers ou plus cités dans le pays et dont certains se terminent par le décès de la femme concernée et  qui sont dénoncés par l'OMS, la justice et c'est son droit tombe sur une journaliste d'Akhbar Al Youm.
Automatiquement ça déchaîne la toile qui ne peut voir dans cette interpellation les fruits du hasard en dépit des éclaircissements juridiques données par les sources sécuritaires notamment sur Hespress qui n'arrivent toujours pas à donner une explication plausible à ce "hasard".
 Le Parquet de son coté s'est cru obligé de diffuser un communiqué à ce sujet précisant que cette interpellation n'avait rien à voir avec "le statut de journaliste" de l’intéressée. En plus d'ajouter à la confusion dans quelle mesure ce communique ne porte-t-il pas atteinte ä la présomption d'innocence et surtout au secret de l'instruction ? Aux juristes et à la justice de répondre.?
En réalité, si les faits sont reconnus par le tribunal, la journaliste incriminée de par sa formation sait que l'avortement est un crime et est reconnu comme tel et sévèrement sanctionné.
Le vrai combat  à mon humble avis est qu'il  faut militer contre la pénalisation du l'avortement. Car les milliers de cas d'avortement effectués clandestinement se traduisent par des décès ou de graves complications irréversibles pour les femmes concernées.
De plus en plus des infanticides qui sont de crimes horribles  on sait le sort  réservé par certains parents pour des enfants non désirés qui se traduit souvent par  de la maltraitance et la sortie en délinquance  pour ces pauvres gosses.
 En plus du cas de liberté individuelle reconnu par la constitution à chacun et du droit pour la femme de disposer de son corps, c'est donc d'abord une question de santé  publique et l'Etat doit pouvoir  traiter cette question comme telle.
En amendant le code pénal permettant ainsi l'IVG tout en la médicalisant et  en la réglementant  ceci permettrait  d'éviter les décès mentionnés et les  graves séquelles pour les femmes qui ne recourent pas aux  médecins spécialement formés.

vendredi 30 août 2019

Catastrophes naturelles et résponsabiltés.

Dans beaucoup de  pays, les catastrophes dans les quels la responsabilité humaine est plus ou moins engagée comme celle du cas de la province de Taroudannt dernièrement  sont mis à profit par les législateurs des pays pour édicter des lois et des règlements pour que cela ne se reproduit plus.
Dans notre pays on pleure certes  les morts mais on continue comme avant. Que ce soit des mouvements de foule (mawazine 11 morts en 2009, les femmes mulets piétinées plusieurs morts, 15 femmes piétinées et mortes  pour quelques sacs de farine dans le village de Sidi Boualem en 2017, glissement de terrain dans le Haouz en juillet dernier, 15 morts. Mais aussi des accidents graves de circulation entraînant plusieurs morts, le dernier de deux cars  à Tounate  morts.
Pour toutes ces catastrophes, on a annoncé des enquêtes et depuis  plus rien.
Or tous ces morts ne doivent pas partir comme cela. La où il y défaillance humaine outre que les responsables  même par omission  ou négligence doivent doivent être traduits en justice pour répondre de leurs actes, des mesures législatives et réglementaires doivent être édictées pour qu'il n'y ait plus cela.
Ex: pour les accidents de circulation un contrôle plus spécifique et rigoureux des cars et en conséquence revoir les dispositions réglementaires concernant le contrôle de ces véhicules dont certains deviennent de véritables machines à tuer sur les routes.
-Deuxième cas, les femmes mulets, enrayer ce phénomène en recensant ces femmes, leur octroyer une indemnité et interdire ce genre d'activité.
- Édicter des mesures de sécurité rigoureuses pour les concerts, et les rassemblement, et enfin criminaliser les constructions sur les lits des fleuves et oueds..
 NB. J'apprends à la dernière minutes que le dernier conseil de gouvernement suite dernier drame a décidé la création au sein du ministère de l’intérieur une direction chargée de gérer les risques les risques  naturels mais les éléments contenus dans mon article restent pertinents.

Des bureaux d'étude et d’expertise pourquoi faire?


Pour une question ou une autre, les départements ministériels et services publics recourent à tort et à travers à coup de centaines sinon des millions de dirhams à de l'expertise privée. Pire parfois ces consultations se révèlent inopérantes ou ou déphasage avec la réalité ce qui se traduit par des pertes seches pour l'Etat.
Or la fonction publique dispose de compétences- ingénieurs, cadres de haut niveau, managers- à même de réaliser ces études dans de bien meilleurs conditions. D' ailleurs le statut de le fonction de mettre en place des administrations de mission au sein des départements ministériels pour réaliser ce type d’études et de consultations ou bien recruter pour un délai déterminé des profils pointus pour des missions spécifiques.
Les derniers en date largement médiatisées ont concerné l'impact du changement d'heure et dernièrement le mariage précoce..Est ce que pour réaliser ces études on a vraiment besoin d'une expertise externe.
A quoi servent donc ces fonctionnaires et agents de l'état s'ils ne peuvent pas réaliser ce genre d'études qui ne demandent souvent pas de compétences d'expériences particulières?
De plus l'Etat dispose d'organisme particulier à même de réaliser beaucoup de ces études comme le HCP et le Conseil Economique et Social.
De même tous ces fondations qui ont pignon sur rue comme la fondation sur les collectivités locales peuvent être sollicitées avec profit à ce sujet.
Il est donc temps pour le gouvernement de mettre un terme à cette gabegie et d' encadrer strictement le recours à des consultations privées sauf pour les cas demandant une expertise pointue qui n'existe ni dans l'administration ni dans d'autres organismes publics.
Affaire soumise à qui de droit notamment et premier lieu Monsieur le chef du gouvernement.

mardi 20 août 2019

Maroc ; Joyeux anniversaire Majesté.



SM Mohammed VI fête son anniversaire ce mercredi 21 août. Il a décidé à cet effet d’annuler les festivités officielles prévues. Mais  cela ne m’empêche pas en tant que simple citoyen  de lui souhaiter un joyeux anniversaire  à travers  cet article qui essaie d’expliquer succinctement  ce que le pays lui doit.
En effet pourquoi nous célébrons cet anniversaire ? Parce que nous ne pouvons pas être des ingrats car ceux  qui connaissent le pays savent que Mohammed VI a transformé le Maroc en un vaste chantier, parcourant  le pays de long et en large, initiant des projets de développement, en assurant personnellement le suivi et l’exécution : infrastructures, énergies renouvelables assainissement et réhabilitations urbaines et a mené dès le début de son règne une lutte contre la corruption et le trafic de drogue.
 Le pays a recouvré ses capacités d’investissement perdu dans les années 80 et 90.Plus de deux millions de marocains ont été tiré du seuil de pauvreté.  Le taux d’analphabétisme  qui était de plus de 50% au moment de l’accession de Mohamed V au trône est passé sous la barre de 30%. La lutte contre la pauvreté et la consécration des droits de la femme avec le nouveau code de la famille « Moudawana ». Cette réforme voulue et imposée par le Roi aurait pu être beaucoup plus audacieuse sans les réticences de certains milieux conservateurs notamment islamistes.
La réconciliation des marocains avec leur passé récent avec l’Instance Equité et Réconciliation. La couverture médicale est en phase d’être réalisée pour tous. A l’accession au trône du roi, le pays comptait 300 km d’autoroute, 1800 km actuellement couvrent les principales villes du pays  desservant le pays du nord au sud, d’est en ouest. Les plans d’électrification et d’adduction en eau potable sont passés de 50% à près de 100% actuellement. Ces chiffres sont facilement vérifiables sur le net. Le pays est doté d’un cap  et de plans sectoriels en cours de réalisation dans les infrastructures, l’industrie, l’agriculture, l’énergie avec le plan solaire et le tourisme. Consacrant l’équivalent  de 30 % de  son PIB à l’investissement depuis des années, le pays s’est équipé en routes , autoroutes, ports aéroports et infrastructures diverses.Toutes les conditions sont donc réunis pour que l’investissement privé seul à même de lutter contre le chômage suit.
Sur le plan politique, les réformes constitutionnelles inities par le Roi qui étaient regardées avec scepticisme par certains et présentées de manière caricaturale sont des avancées notables sur le chemin de la démocratisation du pays.A cet effet, je rappelle ci-après les avancées de la nouvelle constitution dont j’ai déjà fait état dans un précédent article. La constitution de 1996 approuvée sous le règne de feu Hassan II, consacrait une sorte de monarchie exécutive  dont l’essentiel du pouvoir était aux mains du Roi. De ce fait le premier ministre disposait de pouvoirs limités. La nouvelle constitution institue un chef de gouvernement qui doit être nommé « au sein du parti politique arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants (article 49).Il n’est plus « responsable » devant le Roi. Il dirige un gouvernement dont les attributions sont explicitées (article 92) à savoir entre autres l’examen des projets de loi et des décrets qui ne sont plus soumis au conseil des ministres présidé par le Roi (article 92). Ce dernier conseil se consacre essentiellement aux orientations générales de la politique de l’état et à des délibérations concernant les réformes et les lois constitutionnelles essentiellement (article 49).Le chef du gouvernement peut faire dissoudre la chambre des représentant et nomme aux hautes fonctions civiles et pour des fonctions sécuritaires sensibles, il propose des nominations en conseil des ministres.
 Ces attributions qui n’existaient dans la constitution de 1996 permettent au chef du gouvernement élu, de remplir ses fonctions, d’engager la responsabilité de son gouvernement devant la chambre des représentants seule habilitée par une motion de censure à faire tomber le gouvernement. Ce pouvoir était exercé aussi dans l’ancienne constitution par la chambre des conseillers élue au suffrage indirect ce qui était une aberration. Le Roi pouvait aussi mettre « fin aux fonctions du gouvernement à son initiative » (article 24). Cette disposition disparaît dans la nouvelle constitution.
Par ailleurs la personne du Roi n’est plus sacrée comme dans l’ancienne constitution mais elle reste « inviolable et doit être respectée ». C’est la terminologie utilisée par la constitution espagnole. Le champ religieux islamique est défini avec précision. La seule autorité habilitée à prononcer « des fatwas est le conseil des Oulémas présidé par le Roi » (artcle41). De ce fait et du statut de Amir Al Mouminine (Commandeur des Croyants) du Roi, toute dérive ou surenchère islamiste est exclue. Le chef du gouvernement n’a de part la constitution, aucune attribution en matière religieuse. Il ne peut pas non plus intervenir en matière « de droit de la famille et de l’état civil » qui sont du domaine du conseil des ministres présidé par le Roi (article 49). Il doit se consacrer exclusivement au développement économique et social du pays pour lequel il est élu.
  Il n’y a pas de démocratie sans démocrates, c’est bien connu. Les réformes constitutionnelles ne vont permettre au pays de sauter le pas vers une véritable monarchie parlementaire que si le personnel politique fait sa mue. Or, le bilan de la gestion notamment des communes et des villes par les partis politiques n'est pas reluisant.. En effet les rapports de la Cour des Comptes et ceux de l’inspection territoriale du ministère de l’intérieur ont montré sous de mauvais jours, des conseillers communaux alliant l’incompétence, la mauvaise gestion à la corruption. La presse marocaine  rapporte dans le détail des affaires de corruption ainsi que toutes sortes de marchandages à l’occasion des élections. Cet état de choses du à la cupidité de certains  conseillers a été rendu possible par le fait que les partis politiques ne sont pas très regardant sur leurs candidats. D'ailleurs, une fois élus, ces candidats ne sont plus encadrés par les partis politiques et ne rendent aucun compte à ces mêmes partis.
Pendant des  années, le Roi s’est « substitué » à des responsables communaux ou provinciaux pour sillonner de pays en long et en large et à longueur d’année visitant les moindres recoins pour faire élaborer des projets, les mettre en chantier et en suivre l’exécution (réhabilitation urbaine, lutte contre la précarité et l’habitat insalubre, assainissement etc..). Si des villes et des communes urbaines et rurales sont en chantiers actuellement et si le paysage urbain de nombreuses agglomérations marocaines a changé, ce n’est certainement pas  et souvent du fait des élus locaux. Le meilleur exemple est le développement au pas de charge des régions du Nord et de l’Oriental du Maroc notamment.
 En matière économique et sociale  il faut aussi signaler que des insuffisances subsistent. Je ne vais pas en faire un état exhaustif mais citer les plus importantes à mon sens et qui concernent, des questions liées à la justice, l’enseignement, et la santé. La résorption de ces insuffisances conditionne à mon sens l’atténuation ou la disparition de toutes les autres, notamment les précarités dont souffrent de larges couches de la population du pays. Mais ces insuffisances ne sont-elles pas d’abord et avant tout des attributions gouvernementales comme je les ai explicités dans  ma description des attributions  du nouveau chef du gouvernement auxquels j’invite les lecteurs à se référer.? En tant qu’arbitre entre les institutions, le Souverain n’a cessé  dans ses différents discours de pointer ces insuffisance et de les rappeler dans un langage souvent cru à l’attention du gouvernement et du pouvoirs législatifs notamment le laxisme dans la gestion des affaires publiques, l'irresponsabilité, le manque d'initiative et d'anticipation pour faire face aux disparités sociales et territoriales et à la lutte contre la précarité.
Pour cela donc  et pour bien d’autres choses dont  je ne peux  faire état dans ce simple article de presse notamment en matière de politique étrangère avec la main tendue à l’Algérie, la politique africaine et la préservation de la stabilité du pays des mouvements désastreux de ce funeste printemps arabe, nous disons joyeux anniversaire à notre Souverain. 

mercredi 14 août 2019

L'insecurité dans les médias.

Dans beaucoup de pays du monde et à des degrés divers, il y de l’insécurité et des crimes de toutes sortes. Je pense que nous n'avons ni plus ni moins que les autres et pourtant. A lire les journaux et en suivant les réseaux sociaux, des journaleux font des crimes et autres agressions leur choux gras.
Or les médias en principe sont sensés donner des informations sur ce qui se passe dans le pays y compris les difficultés économiques et sociales. Alors qu'est ce qu'on lit et qu'est ce qu'on voit sur beaucoup de titres sur des réseaux sociaux,; des crimes et des délits et autres de toutes sortes et en première ligne.
Résultat :
-développement d'un sentiment d’insécurité dans le pays chez nos beaucoup de nos  concitoyens ;
-étant au fait de tout cela, les chancelleries étrangères au Maroc rapportent tout cela à leurs gouvernements respectifs, d'ou les avertissements donnés à leurs concitoyens y compris contre d’éventuels attentas terroristes alors qu'aucun pays n'est épargné et que le risque existe dans tous les pays du monde.
Bien sur qu'il faut communiquer sur les crimes et délits mais les mettre  comme cela se fait partout  dans le monde, dans les rubriques  "faits divers" et non à la une de journaux de sites électroniques ou sur les réseaux sociaux.
Qui va donc prendre en charge cette affaire, la HACA, le Ministére de la Communicatio, le Conseil Supérieur de la Presse de la presse ou que sais je ?
Proposition:
 Faire convoquer les responsables de ces organes de presse et de ces sites électroniques  pour les mettre devant leurs responsabilité pour cette affaire qui porte préjudice à nos concitoyens et à notre pays et leur rappeler la déontologie journalistique et éviter ce qui peut porter préjudice à notre pays.  

jeudi 27 juin 2019

Maroc : vous avez dit intellectuels, quels intellectuels ?



Dans beaucoup de pays du monde, les intellectuels sont le fer de lance de la contestation des pouvoirs en place et surtout l'évolution des sociétés. A l'avant garde pour faire évoluer leur société, porter les nobles idéaux de justice, de liberté et d'égalité et servir ainsi d'exemple pour la jeunesse, ils ont une capacité d'indignation que n'ont pas les communs des mortels pour stigmatiser, dénoncer les injustices de toutes sortes, les abus de pouvoir, les atteintes aux libertés et aux droits de l'homme mais aussi combattre les idée passéistes et rétrogrades.
Texte
Dans notre pays, nous avons à mon humble avis par les temps qui courent que de pseudo intellectuels. Et voici pourquoi ?
-Nous avons d'abord ce qu’on peut appeler les intellectuels de cour, des beni oui oui qui applaudissent à tout rompre le pouvoir en place en dépit des insuffisances et des abus inhérents à l'exercice de tout pouvoir. Ils Sont notamment sollicités sur les plateaux téléS publiques pour expliquer que tout va pour le mieux dans une langue de bois intolérable.
-Des religieux et autres barbus qui sont la pour veiller aux interdits et s'opposer à tout développement humain et de la société sous prétexte d'une lecture littérale et désuète des textes sacrés. Incapables de faire un effort sur eux même, ils sont toujours dans un passé qui est révolu. De ce fait, ils font beaucoup plus de mal à une religion qu'ils disent défendre en la maintenant figée, alors qu'il n'y a pas plus pragmatique que celui qui a révélé cette même religion Sidna Mohammed ص. Sa vie et ses enseignements constituent une véritable illustration de son pragmatisme. Du fait des tenants d’un Islam rigoriste, le discours religieux n'a plus grande prise notamment sur une grande partie de la jeunesse à cause notamment de l’intégrisme et de de l'échec de l'Islam politique, et du manque d'audience de nos oulémas les plus éclairés, lesquels dans le sillage de nos grands alems, Allal El Fassi, Mokhtar Soussi, Abdellah Ghennoun Mekki Naciri entre autres qui étaient en outre des poètes et pour certains des romanciers, tenaient un discours mesuré en phase avec la modernité. La vague wahhabites et salafistes qui a déferlé sur le pays pendant des décennies a rendu inaudible les plus modérés. L’enjeu donc pour le pays est de renouer avec un passé proches dans lequel les alems étaient des intellectuels ouverts sur le monde.
-Nous avons aussi les identitaires qui se découvrent notamment une identité amazigh et qui ne peut s'affirmer d’après certains extrémistes que dans l'exclusion des autres, de toutes les autres composantes de la société marocaine, arabe, hassani notamment. La constitution de 2011 a insisté l’unité de l’identité marocaine « Son unité, forgée par la convergence de ses composantes arabo-islamique, amazighe et saharo-hassanie ».Ces composantes sont appelés plus à enrichir cette identité qu'à soulever des conflits notamment de légitimité ou de prééminence. On est allé jusqu’à interroger la génétique pour les plus extrémistes. Comment peut-on parler d’intellectuels pour les tenants de ces idées extrémistes qui trouvent malheureusement des audiences sur les réseaux sociaux ou sur les colonnes d’une certaine presse électronique.
-Et enfin les adeptes de l'auto flagellation que certains appelent nihilistes. Dénigrer ce que nous sommes devient un sport national chez certains et nous empêche d'avancer. Cela n'a rien à voir avec de fait de critiquer les gouvernants ou les dérives sociétales. Ce qui est légitime en tout cas dans le respect de la loi. Dénigrer ce que nous sommes est susceptibles de faire de nous des apatrides dans leur propre pays et créer une jeunesse qui n'a aucun attachement avec cette terre donc prête à aller à tous vents. Et pourtant, nous sommes le seul pays de la région qui a sauvegardé son indépendance depuis des siécles notamment de la domination ottomane de plusieurs siècles sur le monde arabe. Le protectorat franco-espagnol qui n'a duré qu'un peu plus de 50ans ne peut etre considéré que comme un accident d'une longue histoire. Des villes impériales sont des témoignages encore vivants d'une civilisation encestrale , Rabat, Salé, Fes, Marrakech, Meknes, Tetuan etc...Le monde entier nous envie notre beau pays, nos paysages magnifiques, notre emplacement géographique stratégique, notre gastronomie, nos caftans et en général notre culture ancestrale. La nouvelle vague de nos jeunes chanteurs inconnus dans l'Hexagone car chantant en arabe est en train de s'imposer dans le monde arabe et musulamans et au dela et d'imposer notre darija( arabe parlée) naguère ignorée au moyen orient pour supplanter l'égyptien et le khaliji.

Aprés les categories de pseudos intellectuels que je viens de décrire, il faut néanmoins signaler que le pays dispose d'individualités qui font honneur au pays par leur militantisme désinteressè  et leur integrité sans faille.
 et surtout ne travaillant pour aucune des chapelles que j'ai decrites. Si cela nous conforte dans l'avenir du pays il n'en reste pas moins que ce sont des exceptions malheuresement.
Comme une société et un pays ne peuvent fonctionner qu'en ayant de vrais intellectuels qui forment le fer de lance de tout changement, et qui militent d'abord pour l'unité du pays et de ses composantes on peut s'interroger utilement, avons nous vraiment de vrais intellectuels. ?

jeudi 16 mai 2019

Quelles conséquences pour les rejets des pourvois en cassation du Maroc devant la justice française ?



 Le 10 mai 2019, la Cour de Cassation en France a rejeté les pourvois  en cassation formulés par le Maroc concernant les rejets  des plaintes déposées  auprès du tribunal de première instance de Paris  décidant de ce fait qu’aucun Etat,  victime d’une diffamation, ne peut engager une action en justice et agir en réparation du préjudice subis. La Cour de Cassation a annoncé de ce fait  que  l’article 32, alinéa 1er, de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ne permet en effet pas à un Etat, qui ne peut pas être assimilé à un particulier, d’engager une poursuite en diffamation.
Rappel des faits.

lundi 15 avril 2019

Maroc : le mauvais procès fait à la langue arabe.


On ne peut être que d'accord sur le constat de la gestion économique et financière calamiteuse du pays par le PJD ( parti islamistes) avec deux gouvernements successifs depuis maintenant 8 années .

Par contre sur la question de la langue d'enseignement je ne suis pas d'accord avec les francophiles et francophones qui rejettent la langue arabe et l'accable de tous les noms et de tous les maux de notre système d'enseignement. Une langue avec l'amazigh qui sont partie intégrante de l'identité nationale du pays. Ces gens-là nous parlent de langues étrangères mais ne parlent en fait que du français. Ils rejettent la langue arabe parce qu’ils ne la connaissent pas. Si des francophiles marocains formés exclusivement dans la  langue française  au Maroc sont des sortes d’étrangers dans leur propre pays ; dans l’Hexagone la langue arabe est d’abord assimilé à la langue du Coran. 

mercredi 20 mars 2019

Les négociations de Genève et l’attitude belliqueuse des dirigeants d’Alger


La délégation marocaine se rend à Genève, les 21 et 22 mars, à l’invitation de l’Envoyé Personnel du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahara marocain, Horst Köhler, pour participer à une 2ème “table ronde”, aux côtés de l’Algérie, du “Polisario” et de la Mauritanie a précisé  un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. D’après le communique suscité la délégation marocaine  est conduite par Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et  comprendra Omar Hilale, Représentant Permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations Unies à New York, Sidi Hamdi Ould Errachid, Président de la région Laäyoune-Sakia El Hamra, Yenja El Khattat, Président de la région Dakhla-Oued Eddahab, et Fatima El Adli, acteur associatif et membre du Conseil municipal de la ville de Smara.
 Toujours d’après ce communiqué, cette 2ème “table ronde” se tiendra conformément aux dispositions de la dernière résolution (2440) du Conseil de Sécurité, adoptée le 31 octobre 2018, et qui stipule que la finalité du processus politique est de “parvenir à une solution réaliste, pragmatique et durable qui repose sur le compromis”.

jeudi 28 février 2019

Pourquoi tous ces appels au Roi ?


Nous assistons depuis quelques temps à un phénomène qui interpelle. C’est l'appel à tort et à travers au Roi notamment sur les réseaux sociaux. Des concitoyens  font appel au Roi pour une question ou une autre un peu partout  dans le pays. Déjà dans son discours du trône prononcé le 29 juillet 2017 SM le Roi après avoir fait le constat d’une certaine inertie de l’administration dans le traitement des affaires publiques qualifiée par le souverain « d’une faible gouvernance et d’une productivité insuffisante » ce qui explique d’après le souverain pourquoi  «… les citoyens se plaignent, auprès de lui, des administrations et des responsables qui font preuve de procrastination dans le règlement de leurs doléances et le traitement de leurs dossiers. Voilà pourquoi ils sollicitent Son intervention pour mener leurs affaires à bonne fin. » Les choses ont-ils  évolué après ce discours dans lequel du Roi a mis en cause et  la classes politique et les responsables dans des termes peu élogieux  «  En effet, quand le bilan se révèle positif, les partis, la classe politique et les responsables s’empressent d’occuper le devant de la scène pour engranger les bénéfices politiques et médiatiques des acquis réalisés. Mais, quand le bilan est décevant, on se retranche derrière le Palais Royal et on lui  impute la responsabilité. »

jeudi 20 décembre 2018

Comment les assassins du Toubkal peuvent-il se prévaloir d'une religion qu'ils souillent de la sorte ?

Je suis horrifié par ce lâche assassinat de ces deux jeunes scandinaves dans la région de Marrakech. Au delà des condamnations d’usage, il est temps de crier haut et fort que que ceux qui commettent des atrocités de la sorte ne sont pas musulmans et ne peuvent se réclamer de cette religion. Ils ne sont ni intégristes musulmans  ni rien du tout, ils ne sont pas musulmans tout simplement ni ce salafisme hijadiste de Daesh duquel ils se réclament et qui n'est qu'un repaire d'assassins.
« Celui qui a tué un homme qui lui-même n'a pas tué, ou qui n'a pas commis de violence sur la terre, est considéré comme s'il avait tué tous les hommes ; et celui qui sauve un seul homme est considéré comme s'il avait sauvé tous les hommes" (5:32). « Quiconque tue intentionnellement un croyant, sa rétribution alors sera l'Enfer, où il demeure éternellement. Allah est en colère contre lui, et le condamne, et lui a préparé un châtiment terrible. "(Verset de An Nissa : 93« Combattez dans les sentiers de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas, car Dieu n’aime pas les transgresseurs” Verset 2:190." « Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables. (Sourate al - Mumtahanah, 8 ».

mercredi 19 décembre 2018

Arretez de detruire nos paysages urbains.

Qui va arreter ce massacre de détérioration de nos paysages urbains et suburbains par ces constructions anarchiques faites avec les fameux autorisations exceptionnelles accordées je ne sais pas comment. 
Sur les trançons que je fréquente entre Rabat Kenitra et Rabat Casablanca c'est des lotissement à parte de vue. Ce ne sont pas à proprement parler des villes mais des agglomerations urbaines qui n'ont ni tête ni queue. En pleine zone rurale parfois on voit des lotissements. Feu Hassan2  pour prérver la ville  de Rabat a institué une ceinture verte pour bien marquer la difference entre Rabat et Temara. Or cette ceinture verte a éte contournée au niveau de Hay Ryad du coté de Rabat et de grands lotissements du coté de Temara pour en faire pratiquement maintenant une seule ville.
On aurait pu imaginer comme cela se passe dans plusieurs villes europeennes   la création autour des grandes villes de petites villes avec les equipements nécessaires et des liaisons de transport dédiées. 
Continuer avec des autorisations exceptionnelles  la construction d'immeubles d'habitations dans les périphéries des grandes villes est un non sens car les collectivités territoriales risquent de le payer trés cher. Car au dela de  certaines de nos villes qui n'ont plus ni tête ni queue  comme Salé, Fés, Casablanca par éxemple il y a les équipements qui doivent suivre : securité, hygiéne, hopitaux, école etc... Comment tout cela va etre géré. On parle de la necessité de faire face à la pénurie de logements mais le HCP n'a t-il pas annoncé en 2016 que 1 millions de logements au Maroc sont inoccupés.
Il y a bien un ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme qui doit veiller à tout cela en plus des Agences Urbaines mais personne ne semble s'en soucier. 
Et pourtant il y a urgence.

vendredi 7 décembre 2018

Français ; ne. detruisez pas votre pays.





Oui ne détruisez pas votre pays. Certains vont me dire de quoi je me mêle. En effet,  si je suis sur Agoravox.fr site francophone, et conformément à ce que j’ai écrit sur mon profile, c’est surtout  pour parler de mon pays le Maroc ; de ses hommes, ses femmes, ses institutions,  ses défis et les luttes de ses démocrates pour la modernité et  arriver à un véritable état de droit. Ceci étant écrit, il y a des éléments subjectifs et des éléments objectifs qui m’interpellent pour parler de la situation  dangereuse et inédite actuelle en France dans cet article.

mercredi 7 novembre 2018

La main tendue du Roi du Maroc à l'Algérie.




Dans un discours daté du 06/11/2018 le Roi Mohammed VI tend la main à l’Algérie dans ces termes « C’est, donc, en toute clarté et en toute responsabilité que je déclare aujourd’hui  la disposition du Maroc au dialogue direct et franc avec l’Algérie sœur, afin que soient dépassés les différends conjoncturels et objectifs qui entravent le développement de nos relations. A cet effet, je propose à nos frères en Algérie la création d’un mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation. Le niveau de représentation au sein de cette structure, son format, sa nature sont à convenir d’un commun accord ».

lundi 5 novembre 2018

L'heure de trop ?

En dépit de la levée de boucliers au sujet du changement d'heure à GMT+1, le gouvernement fait la sourde oreille.
Ni les protestations dans la presse, les chaines radios ou sur les réseaux sociaux n'ont trouvé d’échos. Les protestations des parents d’élèves, des travailleurs obligés de rejoindre leur travail avant la levée du jour non plus. Les pleurs et les cris sur les réseaux sociaux de certaines travailleuses obligées de rejoindre leur travail avant la levée du jour la peur au ventre n'ont pas ému ce gouvernement.
Les explications données par le chef de gouvernement et de certains ministres n'ont convaincus personne. Pire, elles ont donnée lieu sur les réseaux à des railleries contribuant à discréditer le gouvernement auprès de l'opinion publique. Le chef du gouvernement jure par tous les dieux que la décision est bien la sienne et de son gouvernement. Mais comment n'arrive t-il pas à la justifier si c'est bien la cas ? 

vendredi 31 août 2018

Du manque de repères à l’auto flagellation.


En plus des drames liés au chômage et des déboires de notre système d'enseignement, c'est surtout le manque de repères qui constitue à mon avis le plus grand danger qui guette notre jeunesse.  Ce manque de repères est souvent accompagné de l’ auto flagellation des adultes sur notre identité et ce que nous sommes.
En effet, le discours religieux n'a plus grande prise sur cette jeunesse du fait de l'intégrisme, de l'échec de l'Islam politique, et du manque d'audience de nos oulémas les plus éclairés, lesquels dans le sillage de nos grands alems, Allal El Fassi, Mokhtar Soussi, Abdellah Ghennoun Mekki Naciri entre autres ; tiennent un discours mesuré en phase avec la modernité. Car la vague de l'Islam politique et du wahabisme a rendu inaudible notre Islam Malékite tolérant et susceptible d'être en phase avec la société moderne. En face, nos intellectuels sont restés entre deux chaises et n'ont pas pu développer des repères humanistes et laïques assumées.
L'auto flagellation, est un mal qui nous ronge. Cela a commencé avec les auteurs d'expression française et cela devient un mal endémique de toute la société. Dénigrer ce que nous sommes devient un sport national et nous empêche d'avancer. Cela n'a rien à voir avec de fait de critiquer les gouvernants ou les dérives sociétales. Ce qui est légitime en tout cas dans le respect de la loi.
Dénigrer ce que nous sommes, va conduire à faire de nous des apatrides dans leur propre pays et créer une jeunesse qui n'a aucun attachement avec cette terre donc prête à aller à tous vents. Et pourtant, nous sommes le seul pays de la région qui a sauvegardé son indépendance de la domination ottomane de plusieurs siècles sur le monde arabe. Le monde entier nous envie notre beau pays, nos paysages magnifiques, notre emplacement géographique stratégique, notre gastronomie, nos caftans et en général notre culture ancestrale. La nouvelle vague de nos jeunes chanteurs est en train de s'imposer dans le monde arabe et d'imposer notre darija naguère ignorée au moyen orient au bénéfice de l'égyptien et du khaliji.
Quand est ce que nous allons prendre conscience que l'auto flagellation nous conduit à toutes sortes de dérives et que critiquer nos gouvernants ou des faits de société ne peut nous amener à détester ce que nous sommes ?

mercredi 22 août 2018

Un programme ambitieux pour la jeunesse et l'investissement


Dans son dernier discours à l'occasion de la commemoration de la Révolution du Roi et du peuple du 20 aout 1953 SM le Roi a tracé les grandes lignes d'un programme ambitieux pour la jeunesse et l'investissement.
Ce programmes mérite d'etre mis en éxergue.
Ci-apres les points saillants du discours royal. Le gouvernement a un programme clair pour la jeunesse et l'investissement, il suffit de s'y atteller pour le concrétiser.


"J’insiste sur la nécessité de se concentrer sur les mesures d’urgence à mettre en œuvre dans les domaines suivants :

– Premièrement : donner une impulsion vigoureuse aux programmes d’appui à la scolarisation et de lutte contre la déperdition scolaire, à partir de la prochaine rentrée scolaire, notamment au Programme “Tayssir” d’aide financière à la scolarisation, à l’enseignement préscolaire, au transport scolaire, aux cantines scolaires, aux internats.

Le but recherché est d’alléger les charges supportées par les familles et de les soutenir pour que leurs enfants puissent poursuivre leurs études et mener à terme leur formation.

– Deuxièmement : lancer la troisième phase de l’Initiative nationale pour le Développement humain, en consolidant ses acquis et en recentrant ses programmes sur le développement du capital humain, la promotion de la condition des générations montantes, l’appui aux catégories en situation difficile, et en lançant une nouvelle génération d’initiatives génératrices de revenus et d’emplois.

– Troisièmement : redresser les anomalies qui entachent l’exécution du Programme de couverture médicale “RAMED”, et, parallèlement, refondre en profondeur le système national de santé, qui se caractérise par des inégalités criantes et une faible gestion.

– Quatrièmement : œuvrer avec célérité à l’aboutissement du dialogue social. A cet égard, Nous exhortons les différents partenaires sociaux à tenir compte de l’intérêt supérieur du pays et à faire preuve de sens des responsabilités et d’esprit de consensus pour procéder à l’élaboration d’un pacte social équilibré et durable, à même de rehausser la compétitivité de l’entreprise et de renforcer le pouvoir d’achat des travailleurs dans les secteurs public et privé.

Je le dis au gouvernement : le dialogue social est un devoir et une nécessité ; il convient de l’instaurer et de le maintenir dans la durée et sans aucune interruption. Et Je lui dis également qu’il doit rencontrer régulièrement les syndicats et communiquer constamment avec eux, indépendamment de l’issue éventuelle de ce dialogue.

A ce propos, Je souligne avoir toujours été persuadé que la forme suprême de protection sociale est celle qui passe par la création d’emplois productifs et garants de dignité.

En fait, on ne peut espérer des créations d’emplois ni l’instauration d’un système de protection sociale moderne et décent, sans un bond qualitatif dans les domaines de l’investissement et de l’appui au secteur productif national.

Par conséquent, et plus spécifiquement, il convient de mener à bien trois chantiers majeurs:

• Le premier chantier consiste à faire adopter la Charte de déconcentration administrative, avant la fin du mois d’octobre prochain. Cet instrument donnera les moyens aux responsables locaux de prendre leurs décisions et d’exécuter les programmes de développement économique et social, en accord et en cohérence avec les visées de la Régionalisation avancée.

• Le deuxième chantier implique d’agir avec célérité pour faire entériner la nouvelle Charte de l’Investissement et activer la réforme des Centres Régionaux d’Investissement en leur accordant les prérogatives nécessaires pour remplir leur mission correctement. Citons particulièrement le mécanisme de décision à la majorité des membres présents, en remplacement de la règle d’unanimité actuellement en vigueur ; le regroupement des commissions concernées par l’investissement en une Commission régionale unifiée ; ce qui permettra de mettre un terme aux blocages et aux prétextes invoqués par certains départements ministériels.

• Le troisième chantier concerne l’adoption de textes juridiques :

o fixant, d’une part, à un mois le délai maximal accordé à certaines administrations pour répondre aux demandes qui leur sont adressées dans le domaine de l’investissement, tout en établissant que l’absence de réponse dans ce délai, tient lieu d’approbation ;

o et empêchant, d’autre part, toute administration publique de demander, de la part d’un investisseur potentiel, des documents ou des informations qui sont déjà en possession d’une autre administration publique. C’est, en effet, aux services publics qu’il revient d’organiser un échange coordonné des informations, grâce au recours à l’informatique et aux nouvelles technologies"
A rappeler que le discours prononcé à l'occasion  de la fete du trone a ete consacré à la problematique sociale.
Retenons trois aspects essentiels qui découlent du discours royal:
-l'appel a l'unite du pays quelquesois les circonstances consacrant la formule "la patrie avant tout"en  mettant en garde notamment  ceux qui veulent agir en eau trouble,
-la prise en charge apparemment directe par le souverain de la problematique s sociale et de l'investissement createur d'emplois,
-l'appel insistant aux partis politiques pour se renouveller, en principe se debarasser des caciques et s'ouvrir sur les potentialités dont regorge le pays.
Les partis politiques et le gouvernement sont donc accules et au pied du mur pour remplir leurs fonctions constitutionnelles.

jeudi 31 mai 2018

Maroc-Algérie : pourquoi la presse algérienne s’en prend à tort au Makhzen

La presse algérienne utilise à tort et à travers le terme Makhzen dans son dénigrement systématique du Maroc et de ses institutions. Ce terme Makhzen désigne le pouvoir dans le pays. « Le makhzen désigne de façon spécifique et jusqu'à nos jours l'appareil étatique marocain ». En réalité dans l’éprit de cette presse, ce terme désigne et l’entourage du Roi et le Roi lui-même. Le terme Makhzen galvaudé à tort et à travers devient le bouc émissaire tout désigné pour beaucoup de maux qui gangrènent ce pays : les soulèvements en Kabylie, les troubles à Ghardaïa entre arabes et berbères, les problèmes économiques etc. Cette schizophrénie est entrain de gagner toute la presse algérienne est reliée même par des officiels.

mardi 29 mai 2018

Maroc : le recours à l’état d’exception n’est-il pas une solution provisoire nécessaire pour le pays ?


Chaque fois que le pays traverse des difficultés comme c’est le cas actuellement, les marocains se tournent vers l’institution monarchique. C’est dans ce cadre que s’inscrit cet article.
Texte
En effet, le deuxième gouvernement du Parti Justice et Développement (PJD islamiste) continue de tourner en rond une année après sa formation alors que le pays fait face à d’importants défis internes et externes. Déjà le premier gouvernement de M Benkirane a fait rater au pays sa transition démocratique prévue par la constitution de 2011 et n’a pu répondre aux attentes des citoyens. Devant la grogne sociale, les attentes de toutes sortes et les défis extérieurs, le gouvernement actuel de M El Othmani semble lui en plus, dépassé par les évènements et s’installe dans un attentisme avec l’expédition des affaires courantes dangereux pour la cohésion et la stabilité du pays.

mercredi 11 avril 2018

L'ingratitude et le cynisme du ministre algérien des affaires étrangères.

Dans son interview sur France 24 M Messahel  reconnait le soutien de son pays au Polisario mais avance un  argument passé inaperçu mais  qui illustre patfaitement l'ingratitude intolerable des dirigeants d'Alger à notre egard. Nous aidons le Polisario comme les marocains nous ont aidé  pour recouvrer notre indépendance dit il sans vergogne  en substance ( voir la vidéo)
Peut-on être plus ingrat et cynique ?
Oui des marocains sont morts pour l'indépendance de l'Algerie et ont aidé ce pays militairement et  financierement, oui  feu SM Mohammed V avait déclaré que "l'indépendance du Maroc ne sera effective que lorsque l'Algerie sera indépendante". Qu'il a refusé de discuter avec les français de la question des frontieres.
En contrepartie nous nous attendions à  ce que les "frères algeriens" soient les premiers à soutenir notre intégrité territoriale et le retour de notre Sahara à la mère patrie.Les dirigeants algériens le savent pertinemment, le Sahara est une aire geograohique, il y a bien un Sahara algérien,  tunisien,  libyen malien,  etc. Il n'y a donc qu"au Maroc qu'un Sahara demande à  recouvrer son indépendance ? Quid des autres Sahara qui font partie intégrante des pays que j'ai cités ? La position algérienne est intenable.
 Les dirigeants algériens ont fait exactement le contraire de ce que nous avons fait pour eux en armant des secessionistes contre nous annulant de fait le projet maghrébin qui devait réunir nos deux pays.
https://m.youtube.com/watch?v=gSrZuePUCRQ

samedi 7 avril 2018

Anniversaire et ligne éditoriale.

A l'occasion de mon anniversaire fete hier, j'ai envoyé un message de remerciements à  mes amis sur Facebook  contenant  des éléments au sujet de ma ligne editoriale.
"Merci pour tous ceux qui m'ont envoyé des souhaits à l'occasion de mon anniversaire. Pour ceux qui ont exprimé de  la sympathie sur ce que j'écris, je dois des  explications.
Tout au long de ma carrière administrative, j'ai respecté scrupuleusement le droit de réserve imposé  aux hauts fonctionnaires de l'État et des hauts cadres des établissements publics.
C'est pourquoi, ce n'est qu'après avoir quitté mes fonctions que j'ai décidé de m'exprimer sur les réseaux sociaux, sur un blog personnel et dans la presse pour saluer les avancées de notre pays  mais aussi pour relever des insuffisances et des défis qui retardent son développement, tout en formulant humblement et  autant que  possible des propositions.
Répondant aux voeux du souverain pour qui l'intégrité territoriale et le Sahara est "une affaire de tous les marocains" je m'emploie à dénoncer les errements des gouvernants d'Alger et les mensonges et manipulations de la presse algérienne aidée malheureusement par des nihilistes- une sorte de cinquième colonne- bien de chez nous.
Sur les avancées du pays et ils sont nombreux,  il est  nécessaire de les mettre en exergue de les saluer et d'essayer de les expliquer car elles étaient souvent ignorées par une presse qui est la juste pour raconter l'histoire des trains qui n'arrivent pas l'heure où  en d'autre termes signaler les insuffisances et ce qui ne va pas dans le pays.
Ce pendant si notre pays progresse sur le plan économique, cette progression est lente et insuffisante pour assurer un décalage économique et social. Signaler et relever ces insuffisance me semble être aussi un devoir pour faire avancer le pays et non pas le mettre à  l'indéxe à  l'opinion publique internationale comme le prétendent certains.  Escamoter ces freins au développement du pays dénoncer les injustices est un devoir national il me semble. Le souverain lui même dans ses différents discours est toujours le premier à le faire et dans un langage de vérité qui fait sa singularité par rapports aux autres chefs de l'État qui sont toujours dans des discours d'autosatisfation. Et c'est dommage que les discours royaux allant dans ce sens ne soient pas suffisamment expliqués commentés et surtout suivis d'effets.
Aussi ceux qui racontent comme Ponglos dans  Candide de Voltaire que "tout va bien dans le meilleur des monde" dans le pays trahissent il me semble et leur pays et  leurs propres concitoyens et un peu leur souverain. Quand le gouvernement communique sur ce qu'il fait, il est dans son rôle. Le journaliste ou commentateur  n'est pas dans son rôle quand il essaie de se substituer au porte parole du gouvernement ou de l'agence officielle d'information MAP."

lundi 2 avril 2018

Maroc: saisissons le Conseil de Sécurité contre Alger.

Pourquoi le Maroc ne saisit pas le Conseil de Sécurité pour condamner Alger pour actes de guerre contre le Maroc.

En effet les  derniers developpements au Sahara Marocain et les intimidations du Polisario ne pouvaient intervenir sans l'aval du gouvernement d'Alger.

C'est pourquoi il est temps pour notre pays de saisir le conseil de sécurité des nations unies pour condamner Alger et la sommer d'arrêter les actes de guerre contre son voisin de l'Est y compris de désarmer les mercenaires d'Alger qui agissent sur son territoire. En récupérant notamment les armes qu'ils ont fournies à  ces mêmes mercenaires. Car
en armant et en abritant des combattants contre le pays voisin Alger enfreint la charte des Nations Unies.
 A rappeler que pendant les hostilités, les combattants du Polisario armés par l’Algérie faisaient des incursions à partir du territoire algérien de Tindouf et attaquaient les troupes marocaines et repartaient tranquillement se réfugier en Algérie. Hassan II qui était en droit d’exercer un droit de suite en territoire algérien s’est toujours interdit d’insulter l’avenir en engageant une guerre ouverte avec l’Algérie. L'Algérie continue d'abriter sur son territoire le Polisario, ( groupe armée hostile au Maroc). C'est un acte d'hostilite contre le Maroc et il doit être traité en conséquence.
Aupravant commençons par couper les relations diplomatiques avec Alger pour marquer notre depit au sujet d'un pays qui nous endorme avec des messages de fraternité adressés au souverain alors qu'en sous main, il mêne une guerre non déclaré contre nous. Guerre économique en maintenant les frontières est du pays fermées pour couper notre pays de son prolongement arabe, guerre diplomatique en s'opposant partout au Maroc, guerre médiatique en mobilisant ses médias contre nous et enfin une guerre tout cours comme je l'ai signalé puis haut.
Voilà plus de détails dans cet article sur ce conflit.
 https://mobile.agoravox.fr/actualites/international/article/maroc-algerie-une-situation-de-ni-178646

mercredi 21 mars 2018

De l’ignoble à l’abject des médias algériens au sujet du Sahara marocain.




Des commentateurs et des médias algériens ou proches de ces médias dans l’hexagone montent d’un cran et ajoutent l’ignoble à l’abject en comparant le Sahara marocain à la Palestine en oubliant au passage que des soldats et officiers marocains sont mort pour la Palestine et sont enterrés notamment au Golan syrien occupé par Israél.
 Ainsi revenant sur cette période le journal Matin du Sahara a écrit le 06 octobre 2017 que « le magazine égyptien «Al-Ahram Al-Arabi» vient de publier un article commémoratif du 44e anniversaire de la Guerre d'octobre (1973) contre Israël, dans lequel la publication hebdomadaire a loué le rôle décisif qu'ont joué les soldats marocains, particulièrement au Golan syrien. Intitulé «Les Arabes, une seule main», l'article fait la part belle à la participation du Maroc à cette guerre, au cours de laquelle «les soldats marocains avaient joué un rôle décisif dans la libération d'importantes parties du plateau du Golan». « Agissante», notamment sur le front syrien, la participation du contingent des Forces armées royales a «incarné un exemple de la bravoure militaire au Golan, en Syrie et en Palestine», peut-on lire.
La publication rappelle que la machine de guerre israélienne, qui avait saisi qu'elle avait affaire à des soldats marocains aguerris, bien entrainés et ayant une formation différente des écoles militaires de l'Europe de l'Est, avait tenté de dissuader les forces marocaines de combattre à travers le largage de tracts portant des marques d'estime à l'égard de ces militaires et de leur pays, le Maroc »

vendredi 16 mars 2018

Maroc : le nouveau film de Nabil Ayouch et le" triptyque dégueulasse" du cinéma marocain.




Le dernier festival du cinéma marocain de Tanger tenu la semaine dernière a consacré le triomphe du film du cinéaste marocain Faouzi Bensaiidi « Volubilis» grand favori de cette édition Ce film parle de disparités sociales au Maroc, et ce à travers une histoire d’amour entre l’employée de maison Malila et le vigile Abdelkader. Faouzi Bensaïdi essaie à travers ce film de de décrire le vécu de ce couple, très pauvre qui vient de réaliser son seul rêve : celui de se marier. Outre le Grand prix 2018, «Volubilis» a permis à Faouzi Bensaïdi de décrocher le prix du scénario. Les deux jeunes artistes Nadia Kounda et Mouhcine Malzi ont réussi, grâce à leur participation à ce même long-métrage, à remporter respectivement les deux prix des premiers rôles féminin et masculin.

jeudi 1 mars 2018

Les relations Maroc-UE face aux incohérences de la justice européenne



Dans un récent arrêt daté du 27/02/2018, la Cour de Justice Européenne sollicitée par une association britannique appelée Western Sahara Campaign UK « sur la validité de l’accord de partenariat dans le secteur de la pêche entre la Communauté européenne et le Royaume du Maroc » ; tout en déclarant que cet accord est valable annonce que le Sahara ne fait pas partie « du territoire marocain » et n’est pas  administré non plus "de facto" par le Maroc.

vendredi 23 février 2018

Maroc : l’ingratitude des dirigeants d’Alger.



Un proverbe arabe célèbre dit « Méfie-toi de celui que tu as soutenu ou à qui tu as rendu service ». Ce proverbe n’a jamais été aussi vrai au vu de l’acharnement des dirigeants algériens contre leur voisin de l’ouest. Ainsi au lieu d’être les premiers à soutenir le Maroc dans son œuvre de récupération de son Sahara comme lui l’a fait quand la France voulait détacher le Sahara algérien pour créer deux états, les dirigeants algériens ont décidé d’engager une sorte de guerre non déclarée à leur voisin de l’ouest.

lundi 22 janvier 2018

Maroc : que faire en attendant un nouveau mode de développement économique et social ?




Un des maux dont souffre notre pays c’est une sorte de m’a tu vu et de gaspillage à tous les niveaux. Dans nos fêtes, nos cérémonies, dans nos logements et dans le train de vie de l’Etat et des collectivités locales on feint d’oublier que nous restons un pays pauvre. L’hospitalité légendaire des marocains n’explique pas tout. D’un autre côté, le secteur privé ne joue pas entièrement son rôle dans le développement économique du pays. 
Texte
Sur cet article, je commencerai par le train de vie de l’Etat. Etre pauvre n’est pas une tare et ne l’a jamais été- car contrairement aux autres pays maghrébins et l’Egypte nous n’avons pas de pétrole- sauf qu’un pays pauvre doit parer au plus pressé, faire preuve de beaucoup d’imagination et réserver ses maigres ressources au développement économique et sociale du pays à sa sécurité et à sa défense et éviter des dépenses grandioses ou indécentes, ou dont la rentabilité n’est pas toujours évidente et qui auraient pu être dépensées autrement.

jeudi 11 janvier 2018

La lutte contre le chômage n’est-elle pas de la responsabilité du secteur privé ?







Il me semble que l'on charge trop l'Etat en matière de lutte contre le chômage alors c'est le secteur privé qui doit être en première ligne. L'Etat réalise des investissements importants en matière d'infrastructures qui font de notre pays un des rares qui consacre 30% de son PIB à l’investissement sans que cela ne se traduise par des créations substantielles d'entreprises et d'emplois. Le pays s'est saigné pendant des années en s'endettant notamment pour construire, ports, aéroports, routes et autoroutes, adductions d'eau et d'électricités pour mettre ces infrastructures à la disposition du secteur privé sans résultats notables.
La presse s'est faite l'écho dernièrement de la faillite en 2016 de milliers d'entreprises et avec, la destruction de dizaine de milliers voire des centaines de millier d’emplois ; du jamais vu. Les principales causes citées par le Centre de la Conjoncture sont la mauvaise gestion, les questions de financement et enfin les études de faisabilité et de rentabilité préalables à toute création d'entreprise.
Au lieu de prendre à bras le corps cette situation, l’association du patronat et à l'occasion de chaque discussion de loi de finances, sort la même rengaine, demandant plus de dérogations notamment fiscales en contrepartie de zéro engagement de sa part. Et encore une fois, le ministère des finances vient de décréter l’amnistie fiscal pour les majorations et pénalités sur les impôts dus à condition que le paiement intervient avant la fin de l ’année en cours. 

jeudi 21 décembre 2017

Maroc-Israël-Palestine : appel à nos compatriotes juifs marocains en Israël et dans le monde.




Si nos compatriotes juifs qui vivent à l'étranger y compris en Israël sont toujours les bienvenus dans le pays et reçus avec égard sur le plan officiel et populaire et gardent toujours la nationalités marocaine qui ne se perd qu'a de rares exceptions et ce au même titre que nos compatriotes de confession musulmane, nous nous devons aussi de les inviter à se ranger du côté du camp de la paix au Moyen Orient contre l'aveuglement du gouvernement de droite de Netanyahou.