Sélection du message

Maroc : Covid 19, après la production des masques, celle des respirateurs artificiels

Je ne cesse de réputer  sur ce site depuis près de 10 ans, je ne cesse de dire que le Maroc a une position à part dans le monde arabe....

mercredi 10 juin 2020

Maroc : Covid 19, après la production des masques, celle des respirateurs artificiels


Je ne cesse de réputer  sur ce site depuis près de 10 ans, je ne cesse de dire que le Maroc a une position à part dans le monde arabe. Ce n’est nullement une simple ancienne possession française comme certains le disent ou le pensent dans l'Hexagone car le protectorat franco-espagnol n’a duré qu’une cinquantaine d’années est un accident sur une histoire et qui a vu pendant 12 siècles plusieurs dynasties à la tête du pays. C’est en outre le seul pays qui a échappé à la domination ottomane sur l’ensemble du monde arabe qui a duré plusieurs siècles. Le pays ne peut pas être comparé non plus aux monarchies du Golfe créés par les britanniques.
La nouvelle ambassadrice de France au Maroc vient de l’apprendre à ses dépens après le tollé qui a suivi son récent tweet dans la presse marocaine et sur les réseaux sociaux après avoir demandé à M Benmousa désigné à la tête d’une Commission Nationale pour réfléchir sur un nouveau modèle de développement de lui faire "un bilan d'étape" alors que celui-ci n’a pas de compte à lui rendre. Ancienne madame Afrique chez M Hollande cette péripétie lui fera comprendre qu’elle est dans un pays qui a une histoire et ne peut être assimilé à une république bananière ou une ex possession française comme je l’avais mentionné.
Concernant la pandémie du Covid 19 qui a pris tout le monde de court, le pays a pris des mesures énergiques de confinement et d’isolement du pays et a rendu le port du masque obligatoire pour contenir cette épidémie alors qu’elle faisait des ravages en Europe notamment en Espagne à 15 km de ses cotes. Au jour de la rédaction de cet article et ce depuis le début de l’épidémie 8408 cas recensés et 208 morts. Le traitement prescrit est celui proposé par le Docteur Raoult. Parallèlement un fonds alimentés par des collectes de nationaux a permis de réunir une cagnotte de plus de 3 Milliards de Dollars destinée à aider tous ceux qui ont perdu leur travail, les plus démunis et les entreprises. Parallèlement il y a eu une mobilisation du tissus industriels pour la fabrication de masques et de respirateurs.
La fabrication des masques.
Face à la propagation de la pandémie du Covid-19 au Maroc, et la pénurie de masques de protection observée au début de la crise sanitaire, le Maroc s’est lancé dans le défi de la fabrication nationale de masque de protection. Un défi qui a été relevé avec succès, le Royaume ayant pu atteindre une production journalière de 10 millions, et partant, une autosuffisance qui lui permet d’envisager l’exportation de ce produit. Ainsi, et face aux nombreuses interrogations et échos sur la possibilité d’exporter les masques produits au Royaume à l’international, le Maroc a finalement décidé d’exporter une partie de ces masques vers l’étranger, après avoir atteint l’autosuffisance, a indiqué, récemment à Rabat, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. En réponse à une question orale à la Chambre des représentants sur « les répercussions de la pandémie du coronavirus sur l’entreprise marocaine », le ministre de l’Industrie a souligné que son ministère a préparé un stock stratégique de 50 millions de masques en tissu pour l’après-confinement. Le processus d’exportation des masques marocains vers l’international a donc été lancé le dimanche 10 mai, tout en précisant que « cette exportation sera suspendue s’il y a besoin en approvisionnement du examiné leur conformité aux normes sanitaires et exprimer le souhait de les importer, a révélé Moulay marché national après la levée du confinement ».
S’agissant des bavettes en tissu, le ministre a fait savoir que le Maroc en produit plus de deux millions par jour et que ces dernières ne seront pas exportées, en raison du besoin national, précisant ainsi que l’exportation de ces masques se fera progressivement, lorsque le Royaume aura atteint son stock stratégique. Les premières exportations marocaines de masques de protection conformes aux exigences européennes vont débuter. Deux modèles de masques de protection marocains ont été certifiés conformes par le ministère français des armées. Ce dernier a également lancé une importante commande, rapporte le quotidien arabophone Assabah dans son édition du mardi 12 mai. Le choix du Maroc est motivé par trois avantages qui sont d’abord le gage de qualité, la proximité entre les deux pays et le prix attrayant.
Le ministre de l’Industrie et du commerce Moulay Hafid Elalamy, a aussi annoncé que 23 usines de production de masques qui ont permis au Maroc de dépasser les 10 millions d’unités par jour, alors que le marché marocain ne peut absorber à lui seul toute cette production d’où la possibilité pour les entreprises de pouvoir exporter une partie de leur production. « Nous avons décidé d’ouvrir le champ des exportations à l’étranger », a affirmé le ministre, dont les propos ont été relayés par le journal électronique Hespress, ajoutant que « les pays souhaitant importer du Maroc, dont la France, ont annoncé que ces masques répondent aux normes sanitaires. » Outre les masques de protection, le ministre de l’Industrie et du commerce a indiqué que le Royaume a pareillement décidé d’exporter des dispositifs médicaux après avoir atteint l’autosuffisance, soulignant que le Maroc veille à développer davantage sa production en respirateurs artificiels.
Les respirateurs artificiels.
La Fondation de recherche de développement et d’innovation en sciences et ingénierie (FRSDISI) a présenté dernièrement à Casablanca, un respirateur intelligent artificiel 100% marocain, réalisé pour répondre aux besoins des centres médicaux accueillant les personnes souffrant de problèmes respiratoires. « Il va y avoir, dans un avenir proche, des recherches pour intégrer des modes ventilatoires plus complexes à même de répondre à des sujets de recherche important », a-t-il poursuivi, précisant que c’est le contexte actuel (Covid-19) qui a pu déboucher sur cette collaboration afin de répondre rapidement aux besoins urgents.
L’ingénierie marocaine n’a jamais autant brillé que depuis le déclenchement de la crise du Covid-19. Après quelque quatre modèles innovants de masques, la Fondation de R&D et d’innovation en sciences et ingénierie (FRDISI) revient avec un nouveau projet.Cette fois-ci, la fondation lance un respirateur intelligent, baptisé « Dispositif médical intelligent distribué de respiration artificielle à modes multiples », SIRCOS. Le prototype, a été développé en partenariat avec l’hôpital d’application de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé (UM6SS). L’originalité du respirateur made in Morocco ? Ses trois modes de ventilation : contrôlée (volume et pression de l’air), assistée (avec une aide inspiratoire) ou les deux, avec la possibilité de jongler entre les modes. Grâce à cet appareil, le médecin peut surveiller à distance l’ensemble des paramètres avec des données et courbes détaillant l’état du patient en temps réel. Il a aussi la possibilité de procéder à des réglages à distance. En rentrant les informations de ses malades, il peut garder et analyser leur historique. En cas de problème, des alertes sont envoyées sur son smartphone. Il peut ainsi gagner en temps, en efficacité et en énergie.
Des négociations sont d’ores et déjà en cours avec un industriel, afin de fabriquer et commercialiser le modèle le plus rapidement possible. L’idée est de concevoir un dispositif performant, mais également accessible, pouvant servir à l’ensemble des malades souffrant de difficultés respiratoires. La production est effectuée par des entreprises de l'aéronautique travaillant au hub industriel aéronautique de Nouasser  près de Casablanca. A signaler qu’un modèle non-invasif, destinés aux urgences, a été déjà créé et est en utilisation, ainsi que l’adaptation des masques de plongée. Ainsi des masques de plongée ont été reconvertis en respirateurs pour soigner les malades atteints du Covid-19. Après les Italiens, un collectif marocain "Ingénierie Vs Covid-19 Africa ", en collaboration avec l’Université Hassan II de Casablanca, en a fait un précieux atout contre le Covid-19. 
D’autres projets sont dans le pipe de la fondation de recherche de développement et d’innovation en sciences et ingénierie (FRSDISI) comme un testeur du Covid-19, ou encore, des drones à utiliser pour gérer la pandémie.

jeudi 7 mai 2020

Quel rôle pour nos intellectuels pendant cette crise du coronavirus?

Cet article  comprend deux  répliques à M Assid qui n'a rien trouvé  de mieux que d'engager une polémique avec Al Adl Wal Ihsane  dans le premier cas et de continuer sur sa ligne éditoriale de mise en cause de l'apport de la civilisation musulmane et de ses savants alors que les préoccupations des intellectuels et des leaders d'opinion dans cette période de crise sans précédent sont ailleurs.  

1-Réplique du 17/03/2020.
Le monde entier intellectuels compris est mobilisé pour trouver les voies et moyens de s'en sortir de cette crise du cornavirus de malheur et ses conséquences terribles  notamment pour nos concitoyens et notre pays et vous malheureusement vous en étés dans une polémiques déplacée et qui ne sert à rien à mon humble avis. Et avec qui, avec Al Adl Wal Ihssane et ses dérives habituelles. Le champ religieux est bien délimité dans notre constitution. Permettez-moi de vous rappeler que c'est d'abord au conseil des Oulémas de répondre à ce genre de dérives.
Dans cette période de crise sans précédent on attend des leaders d'opinion comme vous bien autre chose. Au lieu d'entrer dans des polémiques stériles avec ce genre de confréries nos intellectuels et leaders d'opinion doivent plutôt être du côté de nos concitoyens dans cette période difficile et anxiogène sans précédent car une mobilisation est nécessaire pour lutter contre le virus  et surtout auprès des plus faibles d'entre nous. C'est pour ça que nos intellectuels doivent être au premier rang pour:
-inviter la population à observer les règles nécessaires pour lutter efficacement contre la propagation du virus et vulgariser les bonnes pratiques d'hygiène édictées à cet effet;
-être en première ligne pour appeler, encourager une solidarité de tous avec les plus faibles d'entre nous: ceux qui sont malades et démunis, ceux qui ont perdu leur emploi du fait du confinement, les petits commerçants, transporteurs et tout  ceux qui exercent des  petits métiers qui se retrouvent sans revenus pour se nourrir et nourrir leurs enfants:
- chercher dans notre culture, dans nos traditions ancestrales les valeurs et bonnes pratiques et les rappeler à nos concitoyens car nous sommes une vielle nation avec une mémoire ancestrale.
C'est ce qu'on attend de nos intellectuels, du concret et non pas de répondre aux balivernes des uns et des autres.

2-Réplique du 06/05/2020.
Je me permets de vous répondre parce que vous m'avez envoyé votre texte. Je vais vous parler franchement, On  est vraiment pris par une lassitude à vous lire car vous ne  déroger pas à votre ligne éditoriale et à vos préoccupations cela devient une sorte d'obsession chez vous malheureusement. Cet article ne déroge pas à la règle alors  que les intellectuels du monde entier réfléchissent sur cette crise sans précédent qui touche l'humanité  entière et qui a des aspects sanitaires certes, mais  aussi sociaux, économiques, culturels, psychologiques etc...
Vous êtes la dans une sorte de croisade  qui commence à lasser tout le monde contre la civilisation musulmane reconnue comme telle par des chercheurs impartiaux du monde entiers dont les plus prestigieuses universités américaines notamment. Je ne vais pas vous faire l'insulte de vous demander d'aller taper sur google le mot civilisation islamique pour avoir une idée sur les ouvrages et articles scientifiques publiés à ce sujet..Que des religieux soient  opposes à des découvertes scientifiques cela est indéniable. Cela est arrivé même en  occident avec l"Eglise ou l'histoire nous apprend que de nombreux scientifiques ont été tués emprisonnées etc….Vous n'en parlez pas bien entendu cela ne rentre pas dans vos préoccupations. 
Des centaines  d'ouvrages et non des moindre ont été consacrés à ce sujet. Et vous venez avec un petit texte dire en gros  que les musulmans  n'ont fait que recopier la civilisation grecque sans apports propres. Ce discours qui est maintenant bâti en brèche un peu partout dans le monde a été pendant longtemps développé par les milieux d’extrême droite raciste notamment en France. Il n'a plus cours dans les milieux scientifiques.
Cordialement et excusez mon franc parlé, c'est mon ressenti car  je déteste la langue de bois.

L’exemple de Assid donné à titre d'exemple montre que certains de nos intellectuels sont loin du compte et ne mesurent comme ils se doit pas l’ampleur de la crise pas que sanitaire que traverse le pays à l'instar de tous les pays du monde. Or il s’agit pour toutes les forces vives du pays de se rassembler en vue d’atténuer autant que possible les effets dévastateurs de cette crise sans précèdent.  Car "La crise actuelle est comparée à celles  de 1929 ou encore de la Seconde Guerre mondiale. Mais toutes ces comparaisons ont-elles vraiment un sens ? Pas vraiment. Jamais l'humanité n'a connu un épisode durant lequel tous les pays du monde décident en même temps de stopper leur économie et d'organiser leur récession. En 1929 et pendant la Seconde Guerre mondiale, l'économie était imbriquée, moins mondialisée et plus rurale".  Il s’agit donc  en premier lieu de sauver l’économie du pays et de travailler pour assurer la cohésion sociale en étant solidaire des plus faibles économiquement et qui auront le plus à  souffrir des conséquences de  cette crise. Rien ne sera plus comme avant et les intellectuels doivent être en première ligne  pour imaginer ce monde demain dans lequel il va falloir faite redémarrer l’économie, gérer la pénurie et assurer une solidarité sans faille loin des querelles de clochers habituelles. Pour l’instant nos intellectuels et leaders d’opinion  sont tétanisés ou sont dans des combats d’arrière-garde comme je l’ai signalé. Il est temps qu’ils sortent de leur torpeur.

   





dimanche 1 mars 2020

La duplicité des dirigeants d'Alger contre nous continue

La duplicité des dirigeants d'Alger contre nous continue.

Après un lapsus qui en dit long  en déclarant que nous avons tenu dans nos relation avec le Maroc de verser huile sur le feu voir le lien https://m.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=gdZbz7hYh_I dans une récente déclaration, le nouveau ministre des affaires étrangères de l’Algérie ne déroge pas à la ligne officielle des dirigeants algériens contre notre pays. Dans une conférence de presse au siège de la Ligue Arabe, il n’a pas hésité à employer le double langage habituel ; nous parler de « pays frère » avec lequel on veut « jeter des ponts » alors que dans les faits les dirigeants algériens font exactement le contraire. 
Ainsi  l’affaire du Sahara qui est une question d’intégrité territoriale pour nous, est devenue au fil des années et contre toute logique, une affaire intérieure algérienne pour laquelle, les dirigeants d’Alger mobilisent toutes les potentialités de leur pays : diplomatiques, économiques, militaires et médiatiques contre le supposé « ennemi » ou « pays frère » selon les cas.
En outre, depuis son accession au trône SM le Roi n’a jamais laissé passer une occasion pour tendre la main aux dirigeants algériens. Dans son dernier discours à cet effet, le Souverain n’a-t-il pas invité les dirigeants algériens à une discussion sans préalable pour débattre de tous les problèmes en suspens et mettre tout sur la table avec ce pays pour une normalisation des relations? Cette main tendue du souverain est restée sans suite et le nouveau ministre vient nous endormir avec son histoire de « jeter les ponts » entre les deux pays. Commencez d’abord par arrêter votre guerre non déclarée contre nous et répondre à la main tendue du Souverain.
 Le ministre s’est aussi attaqué à notre presse nationale qui ne fait que dénoncer la duplicité des dirigeants d’Alger car le peuple algérien lui par contre et quand il peut s’exprimer fait connaitre que cette affaire portée par les dirigeants algériens ne le concerne nullement notamment au cours de ses manifestations et son Hiraq contre le régime.
Le ministre parle aussi de la légalité internationale en disant  que l’affaire du Sahara est aux mains des Nations Unies. Or notre pays n’a jamais dit le contraire pour la  confirmation de la légalisation internationale de la récupération de son Sahara tout simplement. Le ministre algérien ajoute que la RASD est membre de l’Union Africaine mais il sait très bien dans quelles conditions douteuses, cette entité fantoche qui n’a nullement les attributs d’un état souverain a été admise dans cette organisation dont les membres avaient foulés dans la boue la légalité internationale en admettant en leur sein une entité qui n’a aucun attribut d’un Etat souverain. Un supposé Etat qui n’est pas membre des Nations Unies ou de ses organisations spécialisées

vendredi 21 février 2020

Jean Daniel, témoin privilégié de la genèse du conflit maroco-algérien sur le Sahara

Le 16 octobre 1975 Jean Daniel du Nouvel Obs devait interviewer l’ancien président Boumediene. Ce jour a coïncidé avec l’annonce par le défunt Roi Hassan 2 de la Marche Verte pour la récupération du Sahara. Jean Daniel a détaillé pour Média 24 l’attitude et la réaction de président Boumediene à cette annonce
Texte
« D’emblée, nous avons parlé de la Marche Verte annoncée quelques heures plus tôt. Il ne cachait pas sa colère sans l’extérioriser brutalement. Il restait très maître de lui jusqu’à ce qu’à l’écran apparaissent les images du roi Hassan II prononçant un discours.
Là, le visage de Boumediene s’est métamorphosé. Un mélange de sourire nerveux et de fureur crispait son visage. Un moment, le roi parle de l’Algérie sur un ton conciliant et amical. Le Président lui lance, en arabe, une injure et, à ma stupeur, il avance son bras droit et délivre un magistral bras d’honneur. Tel un voyou de Bab el Oued. Le Président austère qui se donnait à voir quelques instants plus tôt avait disparu. J’avais devant moi un autre homme. Un jeune garnement des rues prêt à tout.
Il s’est levé de son fauteuil et s’est mis à sautiller de façon étrange. Un peu hystérique. Je ne saurais dire s’il sautait de joie ou de colère, mais, je le revois très bien, il a bondi à plusieurs reprises. Il trépignait, comme s’il avait perdu le contrôle de son personnage. Les insultes contre Hassan II pleuvaient. J’étais stupéfait. Jamais je n’avais vu un chef d’Etat dans cet état. Ce n’était qu’un torrent d’invectives à un niveau insoutenable de grossièreté, d’obscénité, de vulgarité. Sans transition, ont suivi les menaces. Hassan II ne l’emportera pas au paradis. Il ne sait pas ce qui l’attend. L’Algérie ne se fera pas rouler dans la farine. »
C’est l’Espagne qui dans sa quête historique d’affaiblissement du Maroc depuis l’expulsion des arabes d’Andalousie et l’occupation des villes marocaines de Ceuta et Melilla, cherchait d’abord la création d’un état indépendant au Sahara en arguant que ce territoire était sans maitre « terra nillius » avant son occupation par l’Espagne. Pour prendre celle-ci de court, le 17 septembre 1974, dans une conférence de presse Hassan II annonça sa volonté de porter le différend devant la Cour International de Justice de La Hay pour un avis consultatif à l’effet de faire préciser le statut juridique du territoire du Sahara. Dans cette conférence de presse, le défunt Roi précisa « qu'au cas où la CIJ statuerait que le Sahara était une terre sans maître, avant sa colonisation par l'Espagne, le Maroc s'engageait a accepter l'organisation d'un référendum et à en respecter l'issue quelle qu'elle puisse être. » La Résolution 3292 de l’ONU adoptée le 13 décembre 1974, précisa la question à poser : Le Sahara occidental (Rio de Oro et Sakiet El Hamra) était-il, au moment de la colonisation par l'Espagne, un territoire sans maître (terra nullius) ? Si la réponse à la première question est négative, Quels étaient les liens juridiques de ce territoire avec le Royaume du Maroc et l'ensemble mauritanien ?
La CIJ a répondu de façon claire que le territoire n’était pas un terrain sans maitre d’une part et que des liens d’allégeance « unissaient les habitants du Sahara aux sultans du Maroc ». Les mêmes liens qui unissaient ces mêmes sultans aux autres régions du Maroc. La Cour a reconnu aussi des liens entre le Sahara et l’ensemble mauritanien qui ne constituait pas un état. C’est pourquoi, ce territoire a été d’abord divisé entre le Maroc et la Mauritanie qui s’est désistée volontairement par la suite au profit du Maroc.
Les liens d’allégeance avec les Rois du Maroc étaient les seuls liens de souveraineté qui unissaient aussi les autres régions du Maroc notamment des villes comme Marrakech, Agadir, Fès, Oujda, Meknès ou Tanger. Les juges de la CIJ qui ne voulaient apparemment rien comprendre aux liens d’allégeance qui en droit musulman constituaient les seuls liens de souveraineté à l’époque ont été aussi dans l’amalgame puisqu’ils ont demandé la consultation des populations sahraouis.
Faisant fi de tout cela le Président Boumediene et ceux qui l’ont suivi ont engagé depuis une sorte de guerre non déclarée contre le Maroc.
 -Guerre économique en s’engageant dans une course folle aux armements pour mettre à genou le Maroc qui dispose de moins de ressources et en maintenant fermée les frontières est du pays pour le couper du reste du Maghreb et de son prolongement arabe. Officiellement pour l’Algérie cette fermeture des frontières terrestres visait à protéger ce pays « du trafic de drogue et de la contrebande ». Or tout le monde sait que c’est la fermeture des frontières qui encourage ces trafics.
 -Guerre diplomatique en mobilisant ses diplomates dans toutes les organisations et forums internationaux contre le Maroc ; en finançant toutes sortes de lobbies et les représentations diplomatiques et autres bureaux du Polisario.
 -Guerre tout court, en armant et en abritant des combattants contre le pays voisin. Pendant les hostilités, les combattants du Polisario armés par l’Algérie faisaient des incursions à partir du territoire algérien de Tindouf et attaquaient les troupes marocaines et repartaient tranquillement se réfugier en Algérie. Hassan II qui était en droit d’exercer un droit de suite en territoire algérien s’est toujours interdit d’insulter l’avenir en engageant une guerre ouverte avec l’Algérie. 

P.-S.

mardi 28 janvier 2020

Pourquoi célébrer le souvenir des victimes de la Shoah et proposer un plan de paix inique aux palestinien est un non sens..



Oui la Shoah a été un génocide et oui elle a été un crime immonde contre l'humanité. Oui la Shoah doit être enseignée partout dans le monde comme étant un exemple macabre de ce où la haine et la folie humaine peuvent mener. Et Oui de ce fait la Shoah doit être enseignée dans les cours d'histoire partout dans le monde y compris dans notre propre pays pour montrer l'horreur et où a mené la folie meurtrière d'Hitler et des nazis qui ont décide d'éliminer de la surface de la terre en commençant l'Europe les juifs tous les juifs. Ceux qui disent le contraire sont ou bien de mauvaise foi, des demeurés ou des ignorants.
Ceci étant dit, et ironie de l'histoire, comment les descendants de ces même juifs martyrs qui sont morts dans des conditions atroces peuvent être sourds au sort des palestiniens, un autre peuple qui vit le calvaire dans une prison à ciel ouvert. Les palestiniens font l'objet d'humiliations quotidiennes, leurs terres sont confisquées, leurs maisons détruites et leurs enfants emprisonnés en toute impunité.
Pourquoi donc, les dirigeants israéliens n'arrivent-ils pas à concevoir la paix avec les palestiniens et les rétablir dans leurs droits ? La machine de propagande israélienne ne cesse de dire que les dirigeants palestiniens vont corrompus et alors ? Israël est le pays le plus puissant militairement de la région et le seul qui est en possession de l'arme nucléaire. C'est pas au prisonnier de se libérer de ses chaines mais c’est à son geôlier de le faire.. C’est à lui de trouver les moyens et il en a avec ses relais solides dans le monde d'aller vers cette paix et de rétablir les palestiniens dans leur dignité et leurs droits sur leurs terres.
On dénonce avec raison l'islam politique, or ce sont des textes bibliques désuets et complètement dépassés qui sont à la base de la politique israélienne à l'encontre des palestiniens notamment dans la confiscation' des terres et des maisons des palestiniens et leur bannissement de leurs terres. Or pendant que l’armée israélienne commettait ses exactions quotidienne contre les civils palestiniens le Roi du Maroc a visité, mercredi 15 janvier 2020 à l’ancienne médina d’Essaouira, "Bayt Dakira", un espace spirituel et patrimonial de préservation et de valorisation de la mémoire judéo-marocaine, unique en son genre au Sud de la Méditerranée et en terre d’Islam. 27 personnalités juives étaient présentes dans cet événement hautement symbolique et historique, dont plusieurs, venues de l'étranger. Cet espace historique, culturel et spirituel, abrite, après des travaux de restauration, la Synagogue "Slat Attia", la maison de la mémoire et de l’histoire « Bayt Dakira » et le Centre international de recherches Haim et Célia Zafrani sur l’histoire des Relations entre le Judaïsme et l’Islam. Par ailleurs les lieux du culte et les cimetières juifs font l’objet actuellement l’objet de travaux de rénovation sur tout le Maroc 
 Ce qu'il faut voir, c'est que la paix qui est souhait de chaque israélien ne passe ni par la répression des palestiniens, ni par une quelconque normalisation avec les pays arabes mais par la paix avec les palestiniens. Le fameux plan de paix de MTrump annoncé ce jour le 28/01/20120 et qui consacre l'état de fait de l'occupation et ne tiens absolument pas compte de l'avis des palestiniens non plus. Car la paix passe nécessairement par la reconnaissance des droits des palestiniens d'avoir un état viable en Cisjordanie à cote de l'Etat d’Israël conformément aux résolutions de l'ONU 
A cet effet les derniéres manifestations contre le plan de paix de MTrump montre qu'il 
il y des démocrates et un camp de la paix en Israël à encourager à l'antipode du gouvernement de droite et d'extrême droite de Nattayahou. A cet effet le journal israélien le Times of Israël a annoncé que. Des milliers d’Israéliens se sont réunis samedi soir, à Tel Aviv, pour protester contre la proposition de paix au Moyen-Orient soumise par les Etats-Unis et contre le projet gouvernemental d’annexion de territoires en Cisjordanie.
A rappeller que les accords de paix d'Oslo avec les palestiniens  qui devaient enclencher un véritable processus de paix, l'ancien premier ministre israélien  Ishaq Rabine été assassiné par un sympathisant de l'extrême droite. 
Comme vient de le rappeler Mahmoud Abbas devant le conseil de la ligue arabe,  l'autre premier ministre israélien qui voulait donner suite à cet accord M Olmert à été envoyé en prison et Nattayahou a tout simplement passé outre les accords d'Oslo  et les résolutions de l'ONU  pour leur substituer avec Trump une validation de la colonisation avec une sorte de bantoustan à l'intérieur de l'État d'Israël appelé État palestinien qui n'a aucun attribut d'un Etat souverain mais qui consacre en fait l'apartheid  tout simplement. 
C'est pourquoi  ces manifestations en Israël et auxquelles il faut rendre hommage.
P.-S.P.-S.

MARDI 10 DÉCEMBRE 2019

P.-S.P.-S.

mardi 10 décembre 2019

Réussite du festival du film de Marrakech mais échec d'un certain "misérabilisme".


Les films au festival de Marrakech se suivaient  mais ne se ressemblaient  pas. Plus des films étaient dans le beau,le drôle, l'intelligent, le surprenant et dans les fictions plus généralement dans le cinéma, plus les deux films marocains présentés en grande salle  étaient dans le misérabilisme et dans une description caricaturale de la face sombre de la société marocaine.

Mme Touzani, la femme de M Nabil Ayouch réalisatrice du film Adam traite dans une histoire émouvante certes  de  la question du sort réservé par la société marocaine aux femmes qui enfantent hors mariage. Oui, sur le plan cinématographique, c'est un bon film, les acteurs sont sont dans leur rôle si on peut employer l'expression et avec une bonne réalisation bien que le scénario laisse à désirer si on peut parler de scénario  mais le film ne déroge pas  à la ligne directrice de cinéma de M Nabil Ayouch ralliant un certain "misérabilisme à une vision sombre de la société marocaine. 
Le deuxième film est "Le miracle du Saint inconnu". Le film est en compétition et représente le Maroc  d'un jeune réalisateur M El Jam dont c'est le premier long métrage et qui traite lui des marabouts, de charlatanisme. On se croirait dans le Maroc du début du siècle avec une scène incroyable d'implantation de dents à un chien par un coiffeur  charlatan de village. Les acteurs de ce film la aussi sont sublimes mais la n'est pas la question comme je l'ai mentionné pour le premier film.
M Bensalem Himmiche ancien ministre de la culture, écrivain et scénariste marocain de langue arabe avait placé ce genre de film  dans ce qu’il avait appelé le « triptyque impur ou souillé du cinéma marocain»  à savoir, le sexe la drogue et l’intégrisme comme si ce pays ne vit qu’avec et par cela.Nous n’avons ni défis sociaux, politiques et économiques auxquels il faut faire face et qui méritent d’avoir leurs places au cinéma, ni des réussites qu’il faut mettre en valeur pour donner des exemples et de l’espoir à notre jeunesse dans le pays. Bensalem Himmich, avait ainsi dénoncé il y quelques années déjà dans un article publié par le journal électronique Hespress ( voir le lien en bas de l'article) notamment le misérabilisme dépeint dans ces films ainsi que les subventions accordées à ce genre de films des deniers publics pour des créations artistiques .
En effet dans le cinéma, nous voulons de très bonnes fictions, nous avons dans notre pays de très beaux paysages, une diversité culturelle et musicale remarquables  mais aussi de belles histoires d'hommes et de femmes extraordinaires qui méritent d'être portées à l'écran. Parce que les réseaux sociaux, les journaux papiers et électroniques nous servent chaque jours  notre dose quotidienne avec force détails les maux  de toutes sortes de notre société. Si des étrangers en mal de pittoresque et d'exotisme et confortant des clichés qu'ils ont déjà sur notre pays adorent ce genre de films et explique les aura qu'ils ont dans les festivals internationaux; pour nous dans le pays de grâce  faites nous plaisir donnez nous des films qui doivent d'abord nous dévêtir, croire en l'avenir de ce pays en montrant des exemples. On n'en peut plus de ce cinéma sombre qui nous renvoie l'image la plus négative qui soit de notre société et de notre pays.
Et comme il fallait s'y attendre, aucun prix pour "Le Saint Inconnu" sélectionné pour représenter. le Maroc Mauvais choix du film du réalisateur El Jam- à ne pas confondre avec le célèbre acteur marocain -. Les sélectionneurs étaient peut être induits en erreur par ses sélections dans d'autres festivals pour son aspect pittoresque et exotique et non cinématographique. 
Le palmarès du festival a été le suivant : le prix d'interprétation masculine, décerné à l'acteur australien, Toby Wallace, pour son rôle dans le film "Babyteeth" de la réalisatrice Shannon Murphy.S'agissant du Prix d’interprétation féminine, il a été attribué en même temps aux deux actrices britanniques, Roxanne Scrimshaw et Nichola Burley pour leur performance dans le film "Lynn+Lucy" de Fyzal Boulifa.Quant au Prix de la mise en scène, il est revenu au réalisateur tunisien Ala Eddine Slim pour son film "Tlamess".Le Prix du Jury, lui, a été remporté ex-aequo par les films chinois "Mosaic Portrait" de Zhai Yixiang et saoudien "Last Visit"(Akher (Akher Ziyara) de Abdulmohsen Aldhabaan.
Quand au grand prix il a été décerné au film colombien "Valley of Souls" (Tantas Almas) de son réalisateur Nicolas Rincon Gille qui a décroché le Grand Prix "Etoile d'Or" de la 18e édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM). Ce long métrage revient sur les événements de la Colombie en 2002 à travers le personnage de José qui, après une nuit particulièrement mouvementée, rentre chez lui et est accueilli par sa fille en pleurs qui lui apprend la tragique nouvelle: "Ils les ont emmenés". José sait alors que ses deux fils sont morts et que leurs corps ont été jetés dans le fleuve.
 La 18e édition du Festival international du film de Marrakech a permis aux festivaliers de découvrir pas moins de 98 films provenant de 34 pays répartis en plusieurs sections: "La Compétition officielle", "les Séances de gala", "une section Hommage au cinéma australien", "les Séances spéciales", "Le 11e Continent", "le Panorama du Cinéma marocain", "la section Jeune Public", "les Projections Jemaa El Fna", "le Cinéma en audiodescription" et "la section Hommages". C'est pourquoi, un coup de chapeau est à adresser pour l'organisation du festival, l'accueil, la couverture médiatique, les hommages rendus à des icônes du cinéma marocain et international( Mouna Fetou, Bernard Tavernier et Robert Redford), le choix et la diversité des films venant de nombreux pays ainsi que de la  diversification  des plates formes de projection qui font du festival de Marrakech un festival de cinéma unique.
http://www.hespress.com/art-et-culture/265298.html7


                                  


vendredi 29 novembre 2019

Maroc-Algérie, qui doit présenter des excuses à l'autre?





M Abdelmajid Tebboun candidat en vue de la prochaine élection présidentielle algérienne puisque on le dit proche de l’homme fort du pays le Général Gaid Salah demande des excuses du Maroc au peuple algérien en contrepartie de l’ouverture des frontières et de la normalisation des relations entre les deux pays.Il est donc tout à fait légitime de se demander vraiment qui  des deux pays doit présenter des excuses à l’autre. Rappels.  
A l'indépendance du Maroc en 1956 Mohammed V avait refusé l'offre de la France de restituer des territoires annexés du Maroc par la France à l’Algérie en contrepartie de ne plus héberger les combattants du FLN. Le roi Mohammed V voyait cette proposition comme un « coup de poignard dans le dos » des « frères algériens » et parvint séparément à un accord le 6 juillet 1961 avec le chef du Gouvernement provisoire de la République algérienne, Ferhat Abbas. A l’indépendance de l’Algérie, les  de ce pays ont refusé de discuter du sujet et c’était le fait déclencheur de la fameuse « guerre des sables » entre les deux pays en 1963.
 A signaler que pendant la guerre de libération de l’Algérie, le Maroc en dépit de ses maigres ressources a fourni assistance et hébergement aux combattants du FLN. N’est-il symptomatique que les équipes qui se sont reliés au pouvoir à Alger sont appelés par les algériens « le groupe d’Oujda » du nom de cette ville marocaine frontalière avec l’Algérie. A rappeler aussi qu’après son retour au pays et à la suite de la proclamation de l’indépendance du Maroc en 1956 le Roi MohammedV n’avait pas manqué une seule occasion de rappeler que l’indépendance du Maroc est incomplète sans l’indépendance de l’Algérie. De plus le Maroc a officiellement  fermé la porte à toute revendication territoriale alors qu’il est connu que la France avait annexé des larges portions du territoire marocain à l’Algérie considéré comme étant un département français alors que le Maroc lui était sous protectorat donc appelé un jour ou l’autre à recouvrer son indépendance.
Le 18 décembre 1975, quelques semaines après la Marche Verte, Houari Boumediene avait ordonné l’expulsion massive de 45 000 familles marocaines (350 000 personnes), pour la plupart établies depuis des générations en Algérie.
Mais le plus flagrant reste le soutien à un peuple sahraoui qui n’existe que dans l’esprit des dirigeants algériens. Le Sahara est une aire géographique qui s’étend du Maroc à l’Egypte. S’il y a un peuple sahraoui, il serait transnational englobant outre le Maroc, tous les pays de l’Afrique du nord plus l’Egypte. J’ai expliqué dans cet article ICI que les dirigeants algériens prenant prétexte de la défense « du peuple du Sahara » mènent une véritable guerre non déclarée largement ignorée par médias de l’hexagone contre le Maroc : médiatique, économique, diplomatique voire guerre tout court.
Les autorités algériennes ont décidé de faire du Maroc un ennemi et agissent depuis longtemps en conséquence. Ni une prétendue rancune historique , ni l’affaire du Sahara séquelle de la guerre froide et qui au départ était une colère hystérique de l’ancien président Boumediene ; ni une quelconque hégémonie régionale d’un pays il est vrai immense mais désertique à 84% ne peuvent justifier une guerre qui ne dit pas son mot contre le voisin marocain.
 -Guerre économique en s’engageant dans une course folle aux armements pour mettre à genou le Maroc qui dispose de moins de ressources et en maintenant fermée les frontières est du pays pour le couper du reste du Maghreb et de son prolongement arabe. Officiellement pour l’Algérie cette fermeture des frontières terrestres visait à protéger ce pays « du trafic de drogue et de la contrebande ». Or tout le monde sait que c’est la fermeture des frontières qui encourage ces trafics et pas seulement.
 -Guerre diplomatique en mobilisant ses diplomates dans toutes les organisations et forums internationaux contre le Maroc ; en finançant toutes sortes de lobbies et les représentations diplomatiques et autres bureaux du Polisario.
 -Guerre tout court, en armant et en abritant des combattants contre le pays voisin. Pendant les hostilités, les combattants du Polisario armés par l’Algérie faisaient des incursions à partir du territoire algérien de Tindouf et attaquaient les troupes marocaines et repartaient tranquillement se réfugier en Algérie. Hassan II qui était en droit d’exercer un droit de suite en territoire algérien s’est toujours interdit d’insulter l’avenir en engageant une guerre ouverte avec l’Algérie. Or l’affaire du Sahara était claire dès le début.
Alors M Abdelmajid Tebboun qui doit faire des excuses à l’autre ?

mardi 26 novembre 2019

Fuite et fuites des cerveaux.

Certains  se prosternent devant le "miracle israélien".

Or à y voir plus clair   il n'y a pas de miracle, ce pays a bénéficié durant des décennies de grands cerveaux formés et venant de nombreux pays. Appartenant à la communauté juive dans ces pays, ces cerveaux sont le résultat de décennies et des siècles de répression et de ségrégation abominables dont ont fait l'objet, les juifs de par le monde.

Ce qui les a poussé vers l’excellence à être toujours  mieux  et plus performants  que les autres. Et c'est ce qui a donné de mon point de vue, les cerveaux actuels de ce pays, Israël en plus d'instant de survie qui permet de se dépasser  car vivant dans un environnement  et un milieu hostiles. C'est une explication personnelle donc pas scientifique bien entendu mais qui a l'avantage de rejeter le prééminence d'un race, d'une ethnie ou d'un groupe humain sur un autre à plus forte raison la théorie saugrenue du peuple élu.

Pour dire que malheureusement pour nous, nos cerveaux à nous sont au contraire éparpillés de par le monde et la fuite de cerveaux continue de plus belle. Et dans beaucoup de discussion de café  que je me tourne  à droite ou je me tourne à gauche, des gens de ma génération et  que je connais  à propos des enfants. Ou sont-ils. ont ils terminé leurs études Alors ?
Ils travaillent en France. en Allemagne, en Angleterre aux Canada aux USA  aux Émirats à Doubai et maintenant pour certains en Chine.

Si on y réfléchit, cette progéniture a étudié au minimum jusqu'au bac dans le pays. Aux frais des contribuables marocains s'ils ont étudié dans l'école publique et aux frais de leurs parents s'ils étaient dans le privé. En tout état de cause, c'est le pays qui a payé  lourdement leur scolarité.
Mais ce sont des pays étrangers qui en profitent. Un véritable gâchis pour nous. Le gouvernement, le constate, le monde politique le constate aussi mais toujours pas d'idées pas de réflexion sérieuse la dessus. Considéré comme des RME résidents marocains à l'étranger on est tout content des fonds transférés au pays mais on ne se pose pas de question sur le véritable manque à gagner pour le pays et surtout sur l'avenir économique et scientifique de celui-ci  qui a non seulement besoin de ces cerveaux mais beaucoup d'autres pour se développer.

Pourquoi le pays se vide de cette façon de sa matière grise et comment faire pour stopper cette hémorragie, pourquoi nos jeunes qui font des études supérieures  à l'etranger souvent dans des disciplines pointus ne rentrent pas au pays? Mieux comment les faire revenir au pays y compris des juifs marocains qui restent attachés au pays pour ne manquer aucune occasion de le visiter et  qui ont réussis et excellé aiilleurs?

mercredi 13 novembre 2019

Une régionalisation pourquoi faire?

Ce qui se passe en Espagne doit nous interpeller. Comment continuer de crier à tort et à travers au sujet d'une régionalisation avancée dont le pays ne semble avoir ni les moyens matériels ni humaines ou organisationnelles pour la mettre sur place. Certes c'est une disposition constitutionnelle précisée par une loi organique. Mais les conditions sont elles réunies pour le mettre en place en sachant que la régionalisation à la française  qui a inspiré notre modèle  et qui date de plusieurs décénies maintenant est un échec. Il y a toujours  dans ce pays Paris et la région parisienne qui dominent dans tous les secteurs et le reste de la France. Bien qu'il faut faire  de la régionalisation un but à terme ou à long terme, les conditions  actuelles ne me semblent pas encore s
réunies pour sa mise en application 
En effet pays arrive à peine à boucler son budget le annuel en recourant à des prêts d'organismes internationaux ou de pays amis.
Sur le plan humain les régions ne disposent pas toutes de ressources humaines nécessaires et qualifiées et en nombres suffisants pour mettre en place des régions opérationnelles et suffisamment autonomes avec une administration locale efficiente.
D'un autre côté sur le plan organisationnel, notre administration n'est pas suffisamment outillée pour conduire ce grand chantier. La preuve c'est que bien que nous parlons de régionalisation depuis des années et que cela est inscrit dans la constitution de 2011 mais  les régions restes embryonnaires sans un vrai fonctionnement normal ; les derniers événements du Rif l’ont démontré de manière flagrante. Je ne parle pas bien entendu des provinces sahariennes pour lesquelles un projet d'autonomie est prévu sous souveraineté marocaine et qui est véritablement autre cho
Que faire donc ? Il me semble et dans un premier temps une décentralisation serait dans notre cas beaucoup appropriée que la régionalisation. La réussite d'une bonne  décentralisation conduirait à terme à une régionalisation pas avant.

Affaire Mezouar.

Le communiqué de la MAP  reprenant la positon du Ministère des Affaires Étrangères me semble personnellement  disproportionné. Un rappel de la position   officielle de neutralité de notre pays aurait suffi. Or l''intervention de M Mezouar est qualifiées d "irresponsable, maladroite et irréfléchie " pour avoir grosso modo dit  que les militaires algériens doivent "partager le pouvoir avec le peuple". Il n''y a pas plus diplomatique ni policée que cette declaration. Personnellement moi je dirai plus non pas partager mais rendre  tout le pouvoir au peuple
De plus, le communiqué contient un grave sous entendu mettant en cause le président de la CGEM "Cette déclaration a soulevé des questionnements au niveau de la classe politique et de l’opinion publique quant à son timing et ses véritables motivations,"De quelle opinion publique qui est d'abord avec le peuple algérien frère et de quelle opinion publique ?
Ceci d'autant plus que M Mezouar est à la tète d'un organisme indépendant du gouvernement.et qu'il est intervenu aussi en tant  qu'universitaire et intellectuel il me semble..
Humilié parait- t-il celui ci s'est empressé de présenter sa démission de la CGEM.
Mon propos ne vise pas défendre M Mezouar qui n'a certainement pas besoin de moi pour le faire mais à dire que la réaction publiée par la MAP étonne au vu des éléments suivants:.
- les officiels algériens se sont fait une spécialité depuis des décennies d'insulter notre pays et nos institutions faisant croire  au peuple algérien que nous sommes ses ennemis,
-la presse algérienne s'est spécialisée dans le mensonge sur ce qui se passe dans notre pays utilisant tous les mots d'oiseaux possibles et imaginables pour pour décrire,
-l'affaire du Sahara marocain d’abord une affaire marocaine sur notre intégrité territoriale est devenue au fil du temps une question de politique intérieure algérienne, alors qu’officiellement pour les dirigeants de ce pays,, la Sahara concerne le Maroc est le Polisario..J'ai un bouquin en préparation à ce sujet,
-que nos officiels s'exprimant ou ne s'exprimant pas sur ce qui sr passe dans ce pays pour les dirigeants algériens ll y a tjrs quelques choses à nous reprocher. Ainsi quand feu Hassan 2 avait suggéré aux dirigeants algériens de mettre les islamistes qui avaient gagné les élections à l'épreuve en leur permettant de gouverner on sait ce qui s'est passé. Un tollé des dirigeants et de la presse algérienne contre notre pays pour ingérence dans leurs affaires internes. En attendant on sait ce qui s'est passé par la suite dans ce pays pour ne pas avoir suivi le conseil de feu Hassan 2;' une guerre civile qui a duré plus d'une décennie  avec des milliers de morts et une décapitation de  l’intelligentsia algérienne,.
-Pendant  cette guerre civile notre pays a observé une neutralité sans faille sur ce qui s'y passait ce qui n’empêche pas certains dirigeants et des organes de presse algériens de dire et de répéter que le Maroc leur a tourné le dos dans cette période et coupable de ce fait.

vendredi 1 novembre 2019

Plaidoyer pour tourner la page Zefzafi et le Hirak du Rif.

L''audio de M Zefzafi qui circule un peu partout sur le net et fait suite à l'acte odieux visant notre drapeau national ne peut laisser indifférent et mérite qu'on s'y attarde. Que dit ce message de MZezafi?
          - la condamnation de l'acte odieux visant notre drapeau national et les irresponsables et égarés qui sont derrière;
         -le fait que le hiraq du Rif n'est pas un mouvement indépendantiste ou sécessionniste et ne se reconnaît pas dans les slogans criés à Paris;
         -M Zefzafi dénie à quiconque et surtout à ces mouvements agissant de l'étranger le droit de parler en son nom et au nom de son mouvement;
        -condamne aussi l'utilisation de son nom et celui de son mouvement dans des règlements de comptes entre certains et certaines factions;
        -réitère que le but du mouvement dont il est à la tête est la satisfaction de revendications économiques et sociales concernant la région du Rif;
       -explique que sa demande et de certains de ses camarades de renoncer à leur nationalité marocaine a été dictée d'après lui par l'injustice dont il ont fait l'objet, les sévices et humiliations dont ils aurait été victime en détection.Il annonce par contre qu'il est plus que jamais attaché à son pays.
       -tout au long de cette audio, il réclame de façon indirecte la clémence et un geste royale en faisant valoir que pour des indépendantistes du Polisario même ceux ont pris les armes contre le pays ils ont bénéficié de cette idée généreuse qui a tout effacé de ان الزطن غفور زحيم
Il est vrai que le langage employé par M Zefzafi dont son audio est un peu cru direct à l'attention de ses troupes et sympathisants et parfois blessant mais il ne l'est pas autant que certaines déclarations de dirigeants de partis d'extrême gauche qui ont pignon sur rue et qui sont beaucoup plus virulents par ignominieux pour ne pas dire plus.
Il ne m'appartient pas de commenter la décision de justice dont il a fait l'objet ainsi que ses camarades car c'est un délit mais de prendre M Zefzafi aux mots. Je ne suis pas dans la théorie des complots mais je prends au mot la déclaration de M Zefzafi et je me permets donc de répéter comme l'a affirmé ce jour M Jamal Barraoui qu'il faut espérer pour lui et ses camarades une grâce royale.M Berraoui sur MFM (chaîne radio privée) a rappelé ce jour le fait que les Rois du Maroc sont cléments et pardonnent même à ceux qui ont pris les armes contre eux comme l'avait fait feu Hassan2 et a expliqué que d'anciens opposants farouches à la monarchie occupent de hautes fonctions sous le régné de SM MohammedVI. Ce qui est vrai.
Cette grâce royale dont SM est seul juge bien entendu permettra de mon point de vu comme je l'ai dit de prendre aux mots M Zefzafii , apaisera la tension dans cette région, mettra à l'index les vrais ennemis du pays et nous évitera les à l'index des organisations internationales des droits de l'homme et mettra fin à une propagande honteuse contre notre pays à cet effet.

lundi 9 septembre 2019

Futilités sur le net.

Non le net ne s'enflamme pas pour les questions qui  préoccupent nos compatriotes.

Non, ce n'est pas le remaniement ministériel, ni le nouveau mode de développement, ni la compassion avec nos compatriotes disparus victimes des intempéries, ni les questions liées à la rentrée scolaire et universitaire  qui angoissent les parents appelés souvent à s'endetter pour y faire face, ni les maux qui gangrennent notre société, dont l'analphabétisme, la pauvreté, l’insécurité et la corruption ;  non rien de tout cela n’enflamme la toile.
Ce qui enflamme la toile, ce sont  les démêlés de Dounia Batma avec ses contradicteurs qui l'accusent d'être  avec d'autres dont des membres de sa propre  famille derrière un site qui fait dans la chantage, la prostitution et le dénigrement des artistes y compris en piratant leurs comptes sur le net. La justice est entrain d'enquêter sur cette affaire. Cette affaire est suivie notamment sur Youtube par des centaines de milliers sinon des millions de personnes notamment après le départ précipité de Dounia Batma pour Bahrain présenté par certains comme une fuite.
Il faut rappeler que cette situation trouve son origine dans l'invective, les insultes  l’exposition  dans la place publique de la vie d'artistes ou réputés comme tels qui confondent talent avec insultes et invectives et  relayés par les réseaux sociaux, et les journaux en mal d'audience.
Autre exemple de la médiocrité  ambiante sur le net c'est  le buzz réalisé dans  l'émission du journaliste Radouane Ramdani "fi kafass al ittiham" par la danseuse Maya 3,4 millions de vues et Chikha Traks 4 millions de vues. Ces audiences font certainement pâlir nos hommes politiques et des figures de prou la société civile souvent invités à cette émission et qui réalisent des maigres scores d'audience.
Pourquoi donc, ceux qui fréquentent le net se désintéressent-ils tant de ce qui se passe dans le pays et qui a une répercussion certaine sur leur vie quotidienne.
Notre société est elle à ce point malade ?

Au Maroc l'IVG est une préoccupation de santé publique.

Si pour le code penal. l'avortement est un crime, pour l'Etat c'est d'abord un probléme de santé publique.

Sur les 800 avortements clandestins  journaliers ou plus cités dans le pays et dont certains se terminent par le décès de la femme concernée et  qui sont dénoncés par l'OMS, la justice et c'est son droit tombe sur une journaliste d'Akhbar Al Youm.
Automatiquement ça déchaîne la toile qui ne peut voir dans cette interpellation les fruits du hasard en dépit des éclaircissements juridiques données par les sources sécuritaires notamment sur Hespress qui n'arrivent toujours pas à donner une explication plausible à ce "hasard".
 Le Parquet de son coté s'est cru obligé de diffuser un communiqué à ce sujet précisant que cette interpellation n'avait rien à voir avec "le statut de journaliste" de l’intéressée. En plus d'ajouter à la confusion dans quelle mesure ce communique ne porte-t-il pas atteinte ä la présomption d'innocence et surtout au secret de l'instruction ? Aux juristes et à la justice de répondre.?
En réalité, si les faits sont reconnus par le tribunal, la journaliste incriminée de par sa formation sait que l'avortement est un crime et est reconnu comme tel et sévèrement sanctionné.
Le vrai combat  à mon humble avis est qu'il  faut militer contre la pénalisation du l'avortement. Car les milliers de cas d'avortement effectués clandestinement se traduisent par des décès ou de graves complications irréversibles pour les femmes concernées.
De plus en plus des infanticides qui sont de crimes horribles  on sait le sort  réservé par certains parents pour des enfants non désirés qui se traduit souvent par  de la maltraitance et la sortie en délinquance  pour ces pauvres gosses.
 En plus du cas de liberté individuelle reconnu par la constitution à chacun et du droit pour la femme de disposer de son corps, c'est donc d'abord une question de santé  publique et l'Etat doit pouvoir  traiter cette question comme telle.
En amendant le code pénal permettant ainsi l'IVG tout en la médicalisant et  en la réglementant  ceci permettrait  d'éviter les décès mentionnés et les  graves séquelles pour les femmes qui ne recourent pas aux  médecins spécialement formés.

vendredi 30 août 2019

Catastrophes naturelles et résponsabiltés.

Dans beaucoup de  pays, les catastrophes dans les quels la responsabilité humaine est plus ou moins engagée comme celle du cas de la province de Taroudannt dernièrement  sont mis à profit par les législateurs des pays pour édicter des lois et des règlements pour que cela ne se reproduit plus.
Dans notre pays on pleure certes  les morts mais on continue comme avant. Que ce soit des mouvements de foule (mawazine 11 morts en 2009, les femmes mulets piétinées plusieurs morts, 15 femmes piétinées et mortes  pour quelques sacs de farine dans le village de Sidi Boualem en 2017, glissement de terrain dans le Haouz en juillet dernier, 15 morts. Mais aussi des accidents graves de circulation entraînant plusieurs morts, le dernier de deux cars  à Tounate  morts.
Pour toutes ces catastrophes, on a annoncé des enquêtes et depuis  plus rien.
Or tous ces morts ne doivent pas partir comme cela. La où il y défaillance humaine outre que les responsables  même par omission  ou négligence doivent doivent être traduits en justice pour répondre de leurs actes, des mesures législatives et réglementaires doivent être édictées pour qu'il n'y ait plus cela.
Ex: pour les accidents de circulation un contrôle plus spécifique et rigoureux des cars et en conséquence revoir les dispositions réglementaires concernant le contrôle de ces véhicules dont certains deviennent de véritables machines à tuer sur les routes.
-Deuxième cas, les femmes mulets, enrayer ce phénomène en recensant ces femmes, leur octroyer une indemnité et interdire ce genre d'activité.
- Édicter des mesures de sécurité rigoureuses pour les concerts, et les rassemblement, et enfin criminaliser les constructions sur les lits des fleuves et oueds..
 NB. J'apprends à la dernière minutes que le dernier conseil de gouvernement suite dernier drame a décidé la création au sein du ministère de l’intérieur une direction chargée de gérer les risques les risques  naturels mais les éléments contenus dans mon article restent pertinents.