Sélection du message

Maroc: le nouveau modèle de développement d’après la Banque Mondiale.

Suite au discours royal au cours duquel,  le souverain a mis en cause notre modèle de développement et a demandé une réflexion pour la m...

vendredi 27 janvier 2017

M Lamamra salue de manière cynique et injurieuse, le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine.




Dans une interview qu’il vient d’accorder à RFI  en marge du sommet de l’Union Africaine, M Lamamra ministre algérien des affaires étrangères viens de déclarer « Il y a un âge de contestation et un âge de raison. Sans doute sommes-nous maintenant dans cet âge de raison. » Un peu plus loin. « C’est l’âge de raison et nous espérons que de la même manière que le Maroc a siégé avec la Mauritanie ici, de 63 à 69, sans la reconnaître, nous souhaitons que cette fois-ci aussi la cohérence de l’histoire s’accomplira. » Non content d’insulter le Maroc qui apparemment pour lui était une sorte d’adolescent contestataire qui a donc fugué de l’Union Africaine et devient adulte avec la demande de retour à cette ²organisation ; M Lamamra fait un amalgame intolérable en faisant un parallèle avec la Mauritanie.



 Ce pays était un état souverain avec un territoire, un gouvernement effectif et était membre de l’organisation des Nations Unies. Rien à voir le Polisario qui n’a aucune crédibilité pour représenter le Sahara marocain ou son peuple. D’ailleurs récemment la Cour de Justice de l’Union Européenne après avoir rejeté le recours du Polisario concernant l’accord agricole passé entre le Maroc et l’Union Européenne vient de dénier au Polisario le droit de représenter le peuple sahraoui. En effet, la cour de justice européenne qui a rejeté le recours du Polisario   a repris les conclusions de son avocat général de septembre 2016 pour qui « le Front Polisario n’est pas directement et individuellement concerné par la décision litigieuse et que, partant, son recours devrait également être rejeté à ce titre. »  
   
 Faut-il rappeler que M Lamamra ministre des affaires étrangères de l’Algérie avant sa volteface avait accusé le Maroc « de tentative de division » de l’Union Africaine dans sa quête pour reprendre sa place au sein de l’organisation africaine notamment. Il a même parlé « de menaces qui guettent l’UA jusque dans son intégrité et sur la forte détermination des États membres à préserver la cohésion de cette organisation continentale »

Ce diplomate qui avait osé parler de division a feint d’oublier que c’était son pays qui est à l’origine du germe de la division en Afrique. N’est-ce pas Alger qui est à l’origine de l’introduction de la fantomatique RASD qui n’a aucun attribut d’un état souverain au sein de l’Union Africaine conduisant de fait à faire sortir le Maroc qui avait accueilli à l’initiative de feu MohammedV le 4 janvier 1961 à Casablanca la première conférence des pays africains alors que l’Algérie était encore sous domination française. Simple province français, l'Algérie n'existait même pas en tant qu'etat. Que ce ministre vient parler de la sorte du Maroc, le pays qui a abrité la première conférence de l'Afrique indépendante est scandaleux pour ne pas dire plus. 


 En réalité Alger comme à son habitude, après avoir essayé vainement de bloquer le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine et devant le fait accompli fait une fuite en avant en saluant à sa manière (injurieuse et cynique) le retour du Maroc au sein de l’Union africaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire