Sélection du message

Maroc: le nouveau modèle de développement d’après la Banque Mondiale.

Suite au discours royal au cours duquel,  le souverain a mis en cause notre modèle de développement et a demandé une réflexion pour la m...

mardi 20 décembre 2016

M Lamamra : du Maroc ou de l’Algérie qui est vraiment à l’origine de la division en Afrique ?



 M Lamamra ministre des affaires étrangères de l’Algérie accuse le Maroc « de tentative de division » de l’Union Africaine dans sa quête pour reprendre sa place au sein de l’organisation africaine notamment. Il parle même « de menaces qui guettent l’UA jusque dans son intégrité et sur la forte détermination des États membres à préserver la cohésion de cette organisation continentale ». On croit rêver.

Ce diplomate qui ose parler de division feint d’ignorer que c’était son pays qui est à l’origine du germe de la division en Afrique. N’est-ce pas Alger qui est à l’origine de l’introduction de la fantomatique RASD qui n’a aucun attribut d’un état souverain au sein de l’Union Africaine conduisant de fait à faire sortir le Maroc qui a accueilli à l’initiative de feu MohammedV le 4 janvier 1961 à Casablanca la première conférence des pays africains et alors que l’Algérie était encore sous domination française.



      M Lamamra feint-il aussi d’oublier lui qui parle de division que les gouvernants d’Alger ont tout fait pour déstabiliser notre pays et l’isoler diplomatiquement et territorialement avec la fermeture des frontières notamment. Les gouvernants d’Alger hébergent et financent un mouvement sécessionniste contre le Maroc -état africain souverain-. Ils consacrent des millions de dollars pour ouvrir et faire fonctionner les « ambassades » et autres bureaux du Polisario à travers le monde et financent différents lobbies pour contrer la position marocaine  tout en achetant pour  des milliards de dollars d’équipements militaires dont une partie bénéficie au Polisario, alors même que  les populations sahraouies  en territoire algérien à Tindouf en Algérie continuent de vivre dans des conditions misérables en dépit de l’aide internationale notamment européenne qui leur est allouée.http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/comment-l-aide-humanitaire-98152

La course aux armements imposée au Maroc préoccupé d’abord par son développement économique et qui ne dispose pas de moyens financiers de   l’Algérie (pays pétrolier) vise à l’asphyxier économiquement. Ce qui est inadmissible et irresponsable aussi, c’est que tout en déclarant officiellement que l’affaire du Sahara Marocain ne les concerne pas, les gouvernants d’Alger font de la défense de la  « cause sahraoui », la  seule préoccupation de leur diplomatie  auprès des autres pays et de tous les organismes internationaux oubliant au passage tout ce que  notre pays a enduré pour l’Algérie voir mon article publié à ce sujet http://bouliq.blogspot.com/2013/07/lingratitude-algerienne.html

Par ailleurs pour les média-algériens, l’affaire du Sahara Marocain est une ligne rouge. Aucun média ne peut déroger à la position officielle d’Alger sous peine de voir le journaliste sanctionné d’une manière ou d’une autre et le journal asphyxié économiquement car privé des annonces publicitaires de l’état détenues par les services de la sécurité militaire (encore une aberration algérienne) et qui ont été transférés à l’état-major de l’armée. Ces mêmes médias traitent notre pays comme un pays ennemi alors qu’il ne l’a jamais été pour l’Algérie. En effet côté marocain, avec son arrivée au pouvoir en 1999, Mohammed VI a demandé la normalisation des relations avec l’Algérie. En tant que chef d’état, il a demandé l’ouverture des frontières Est de son pays qui étaient fermées avant son arrivée au pouvoir. Ses appels sont demeurés vains et la main tendue à l’Algérie est restée sans suite.

Alors ; qui fait dans la division en Afrique ? le Maroc qui essaie de regagner sa place naturelle en Afrique ou Alger qui s’acharne à imposer au monde une entité fantoche qui n’a aucun attribut d’un état souverain et de ce fait n’est pas membre des Nations Unies.  



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire