Sélection du message

Maroc-Algérie : pourquoi tous ces mensonges et manipulations à l’égard du Maroc ?

Suite aux dernieres manifestations (hirak) de la région d’Al Hoceima, la presse algérienne jubile ; « le Rif veut faire sécessio...

mardi 10 décembre 2013

Suivre sa trace ; c'est le vrai hommage à Nelson Mandela.



Le  10 décembre 2013, les dirigeants du monde ou leurs représentants ont rendu hommage au stade de Soweto  accompagné Nelson Mandela vers sa dernière demeure. Jamais personne n’a reçu un tel hommage. C’est un moment unique dans l’histoire du monde.


Depuis l’annonce de sa mort, il n’est pas un seul gouvernant qui n’a pas salué la disparition de Nelson Mandela, dont le parcours restera à jamais associé à la fin de l’apartheid en Afrique du Sud. Ce sont les résultats qu’il a obtenus qui le mettent  à part. Pendant le siècle dernier, de nombreux pays se sont libérés de la colonisation ou de régimes dictatoriaux mais  peu ont cependant réussi à le faire en évitant la lutte armée et ses lots de  bains de sangs. Or c’est une relative harmonie qu’a entraînée l’intervention de Nelson Mandela et en cela, il peut  être aisément être comparé à Gandhi. Il  parvint aussi  à démentir les pronostics qui faisaient craindre un effondrement de l’Afrique du sud  si les Noirs en prenaient le pouvoir.
De ce fait, Nelson Mandela a réalisé ce que tous les humanistes du monde entiers proposent, et que  personne  n’arrive  à imposer.  C’est pour cela que pour bien honorer sa mémoire, les dirigeants du monde ne peuvent  se contenter de l’admirer, mais de suivre ses traces. Ces traces sont de trois d’ordre.
         -l’engagement pour son pays ;
         -le pardon mais avec le souvenir,
         - l’exercice du pouvoir.
 L’engagement.
 C’est Nelson  Mondela qui l’énonce le 20 avril 1964 « J’ai chéri l’idéal d’une société démocratique et libre dans laquelle toutes les personnes vivraient en harmonie, avec des chances égales. C’est un idéal que j’espère voir se réaliser. Mais s’il le faut, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »  
 Ce n’est pas par désespoir que Nelson Mandela ne s’était pas engagé dans la lutte. Il était avocat  et  avait une  brillante carrière devant lui. Il a renoncé à cette vie  pour se battre, parfois, au péril de sa vie. Dans son ouvrage autobiographique intitulé « Un long chemin vers la liberté », Mandela décrit de nombreux périodes où il aurait pu perdre la vie. Des tirs de policiers racistes dans la foule des manifestants pacifiques, une bombe qui n’exploser pas, un accident d’avion évité de justesse au-dessus de l’Ethiopie etc...
Nelson Mandela reçut à Oslo, le 10 octobre 1993, avec l’ancien président blanc Frederik de Klerk, le Prix Nobel de la Paix. Il prononça les mots de son idéal et rendit hommage à la mémoire de Martin Luther King.
« Notre récompense ne se mesurera que par la paix joyeuse qui triomphera un jour, car l'humanité qui unit les blancs et les noirs en une seule et même race nous permettra de vivre un jour tels des enfants du paradis. Ainsi vivrons-nous, car nous aurons créé une société qui reconnaît que tous les hommes naissent égaux, et que tous ont le droit à la vie, à la liberté, à la prospérité, aux droits humains et à une bonne gouvernance. Une telle société n'autorisera plus jamais que certains soient faits prisonniers à cause de leurs idées. (...)
Le pardon en gardant le souvenir.
Nelson Mandela a inlassablement prôné la réconciliation et le pardon. D’abord de sa prison  quand il déclarait que en 1976 que « J’aimerais vous combattre sur le plan des principes et des idées, sans haine personnelle, de sorte qu’à la fin de la bataille, et quelle qu’en soit l’issue, je puisse vous serrer la main avec fierté, parce que j’aurais le sentiment d’avoir eu affaire à un adversaire digne et droit, qui a observé un code d’honneur et de décence élémentaire. » 
Ensuite au Cap en 1996 : « Certains considèrent qu’il vaut mieux oublier le passé. Certains nous critiquent quand nous disons que nous pardonnons, mais que nous n’oublions pas. Ils ne sont pas d’accord sur le fait que les auteurs de violations des droits de l’homme doivent d’abord révéler et faire connaître celles-ci avant qu’on leur accorde l’amnistie. (…) Les Sud-Africains de la rue sont déterminés à ce que le passé soit révélé, afin qu’il ne se répète pas. S’ils exigent cela, ce n’est pas par esprit de vengeance, mais pour que nous entrions ensemble dans l’avenir. La question pour notre nation n’est pas de savoir si le passé doit être révélé, mais de faire en sorte qu’il le soit de façon à promouvoir la réconciliation et la paix. ». Pour dire Au Cap en 1999 que le pardon ne peut effacer pour lui, il ne peut pas y avoir de pardon sans souvenir :
Et enfin en 2002 toujours au Cap« Nous nous souvenons de notre terrible passé afin de pouvoir y faire face, de pardonner quand le pardon est nécessaire, de nous assurer que jamais plus une telle inhumanité ne nous déchirera et de nous pousser à éradiquer un héritage qui rôde dangereusement autour de notre démocratie. »
L’exercice du pouvoir.
Le prisonnier politique le plus célèbre de tous les temps (27 de captivité) est devenu Président, élu au suffrage universel, le premier président noir de l’histoire de l’Afrique du Sud (1994-1999).
Il a su, en cinq ans, en un seul mandat,  « développer l’espoir sans jamais le décevoir, développer l’éducation et l’économie, engager une meilleure répartition des richesses, il a su élever son pays, la Nation Arc-en-Ciel, où Noirs et Blancs œuvrent ensemble, au rang d’une démocratie réelle, symbolique du pouvoir des hommes sur leur propre destin. En matière d’exercice du pouvoir, Nelson Mandela sera, ici aussi un cas exceptionnel. A priori, un homme qui se sera battu pendant autant d’années pour libérer son peuple, est supposé rester au pouvoir le plus longtemps possible. »
Elu Président en avril 1994, lors des premières élections multiraciale du pays, Nelson Mandela n’aura effectivement exercé le pouvoir que pendant trois ans. A partir de 1996, il laisse à Thabo Mbeki la gestion quotidienne du pays et, en décembre 1997, Mandela quitte le pouvoir avant la fin de son seul mandat à la tête du pays. « C’est en luttant de toutes ses forces contre la pauvreté – et non en l’inst rumentalisant et en l’exploitant par mille astuces libérales et pseudo-humanitaires, comme beaucoup  de tartufes de par le monde savent si bien le faire –, c’est en luttant contre les inégalités sociales par tous les moyens politiques dont il disposait, dont il s’emparait, qu’il prenait à bras le corps, que Nelson Mandela est devenu un être de Lumière dans le ciel toujours sombre de notre humanité. »




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire