Sélection du message

Pourquoi les islamistes font fausse route au Maroc.

Le préambule de la constitution marocaine annonce " Le Maroc pays musulman souverain... " Pourquoi des petits malins veule...

samedi 16 janvier 2016

Maroc: la lutte contre la corruption et la nécessite d'aller beaucoup plus vite





Le gouvernement vient r de présenter en grande pompe «  La stratégie Nationale de lutte contre la corruption ».

"Les mesures prévues par cette stratégie couvrent différents aspects de la question de la lutte contre la corruption, notamment la mise à niveau de l'aspect institutionnel et juridique, l'activation de la dimension prévention et répression et le renforcement de l'aspect éducation et sensibilisation", avait indiqué Abdelilah Benkirane.  Même Transparency Maroc qui a pris part aux travaux d’élaboration du document  tout au long du processus indique que «cette adoption constitue un signal positif aux citoyens et à la communauté internationale, mais ce n’est qu’à l’aune de sa  mise en œuvre que sera jugée la véritable  volonté de l’Etat pour engager enfin, le combat contre la corruption ».
Seulement voilà, le document portant cette stratégie compte 239 projets et mesures répertoriés en 10 secteurs avec une mise en application qui s'étend sur dix ans.



Or il est possible d‘engager rapidement  des actions concrètes sur le terrain. Ci-après des mesures à engager rapidement sans attendre le travail de commission et de sous commissions.
- simplifier et normaliser les circuits et les procédures administratives et les rendre plus transparentes,
- inviter par voie réglementaires les administrations à répondre dans un délai précis et motiver leurs actions de refus ;
- développer l’utilisation de l’outil informatique dans le traitement des dossiers et éliminer autant que possible l’intervention humaine ;
- revoir les textes et procédures de passation des marchés et commandes de l’état, des collectivités locales et des établissements publics pour plus de transparence notamment dans l’établissement des cahiers des charges ,dans le traitement des concourants ;
- revoir les procédures d’engagement, de liquidation et de paiement des dépenses de l’état, des collectivités territoriales et des établissements publics.

 D’autres actions de préventions peuvent aussi être menées par les départements concernés pour en priorité éviter l’intervention humaine autant que possible ex : en matière de sécurité routière, voir la possibilité de faire disparaitre les agents verbalisateurs qui arnaquent souvent des automobilistes désarmés (police et gendarmerie) au profit de radars fixes. Activer aussi, les organismes de contrôle notamment les inspections générales dépendant des ministères en les dotant de structures étoffées. Et enfin en finir avec un certain" laxisme ambiant" dans le traitement notamment par la justice des affaires de corruption.Il ne s'agit pas pour moi de faire une liste des actions à entreprendre, mais de montrer que des pistes existent et la mise en œuvre d’actions conséquentes ne requiert qu'un volontarisme politique du gouvernement.

En effet, la corruption dénoncée presque quotidiennement par la presse nationale constitue un frein au développement économique et social du pays et à l’état de droit. Elle frappe indistinctement les plus faibles pour des accès aux soins dans les hôpitaux publics par exemple que des opérateurs économiques. Nos partenaires commerciaux notamment l’Union Européenne qui ont mis à la disposition de notre pays des dons et des lignes de crédits pour une meilleure gouvernance et une meilleure transparence doivent attendre de notre pays des actions conséquentes  et rapides dans ce domaine.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire