Sélection du message

Pourquoi les islamistes font fausse route au Maroc.

Le préambule de la constitution marocaine annonce " Le Maroc pays musulman souverain... " Pourquoi des petits malins veule...

lundi 21 juillet 2014

Maroc-Algérie-Tunisie : mettons-nous au moins d’accord pour lutter ensemble contre la nébuleuse terroriste.



Devant les attentats qui ensanglantent les pays du Maghreb et les graves menaces sécuritaires qui pèsent sur leur avenir, ces pays partent en ordre dispersés dans leur lutte contre le terrorisme. Or chacun des trois pays a accumulé de l’expérience et un savoir-faire pour traquer les groupes terroriste et déjouer leurs attentats. Ce savoir mérite d’être mis en commun dans une collaboration transfrontalière.  
Tunisie.


 Le 17 /07/2014 au moins 14 soldats tunisiens ont été tués dans une attaque "terroriste" sur le mont Chaambi, près de la frontière avec l'Algérie, le bilan le plus lourd infligé à l'armée tunisienne, a indiqué le ministère de la Défense tunisien le jeudi dernier. « Le bilan passe à 14 morts et 20 blessés parmi les soldats et risque de s'alourdir", a dit à l'AFP le service de presse du ministère. « Il s'agit du bilan le plus lourd enregistré par l'armée depuis l'indépendance" en 1956, a ajouté le service de presse. Un précédent bilan faisait état de quatre soldats tués.
Le comble de l’horreur, c’est que des groupes d'individus appartenant au courant salafiste ont fêté, dans la nuit du mercredi à jeudi, l'attaque terroriste survenue dans la localité de Henchir El-Talla, au Mont Chaambi. Ces individus ont manifesté leur joie et célébré l'attaque dans les mosquées et sur la voie publique à Bizerte, Zarzouna, Sidi Ali Ben Aoun (Sidi Bouzid), la cité Ezzouhour à Kasserine ainsi qu'à Ben Guerdane, a indiqué à l'agence TAP une source de la sécurité militaire.
Après cette attaque, le ministre tunisien dont le domicile a été attaqué par des hommes cagoulés qui ont tué lâchement les quatre policiers de garde quelques jours auparavant par des terroristes n’a pas hésité à déclarer que c’est l’ensemble du Maghreb qui est visé par les groupes terroristes.
Algérie.
 En Algérie récemment, trois soldats et quatre gardes communaux ont trouvé la mort dans un attentat perpétré lors du passage d'un groupe de la garde communale renforcé par des militaires dans une commune de la région de Sidi Bel-Abbès, à 440 km à l'ouest d'Alger. Il s'agit, à la fois, du plus lourd bilan parmi les services de sécurité et du premier incident du genre signalé depuis des années dans cette région du pays, puisque l'activité des groupes armés est plutôt concentrée dans les reliefs du nord-est (Kabylie), dans l'extrême-sud limitrophe du Mali et de la Libye, ainsi qu'à l'est du pays limitrophe de la Tunisie.

"Suite à l'explosion d'une bombe artisanale lors du passage d'un groupe de la garde communale renforcé par des éléments de l'Armée nationale populaire (ANP) relevant du secteur opérationnel de Sidi Bel-Abbès/2ème Région militaire, samedi 12 juillet 2014 à 19h45, près d'Aïn Aïcha, commune de Sidi Chaïb, trois soldats et quatre gardes communaux sont tombés au champ d'honneur", a souligné l’armée dans un communiqué.


 Par ailleurs l'armée algérienne est engagée, depuis le début de l'année, dans des actions antiterroristes de grande envergure sur l'axe Boumerdés-Tizi Ouzou-Bouira (nord-est) et dans l'extrême-sud du pays sous l'emprise de l'insécurité au Mali et en Libye. En mai dernier, une vaste opération de traque des groupes armés a été lancée à la frontière malienne, dans la région de Tamanrasset, à près de 2.000 km de la capitale, à la frontière malienne.

Pas moins de douze "terroristes" ont été éliminés dans cette offensive qui a permis la saisie de grandes quantités d'armes, dont des roquettes. Deux jours après l'élection présidentielle du 17 avril dernier, l'armée algérienne allait subir sa plus lourde perte depuis des années, dans une attaque revendiquée par le réseau Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). En effet, onze militaires ont été tués dans un guet-apens tendu par un important groupe armé dans la commune d'Iboudraren, proche de la ville de Tizi Ouzou.
Maroc
Le Maroc épargné jusqu’à présent vit actuellement un branlebas de combat ; l’heure est à la mobilisation. En effet « les menaces dirigées contre le Maroc et les faits qui les ont précédés ou accompagnés ont amené les autorités de ce pays à se mobiliser pour se réunir avec les hauts responsables du ministère de l'Intérieur et décréter l'état d'alerte et à mettre en place des plans de lutte et des mesures à prendre contre la menace terroriste. Des contacts ont été pris avec de hautes personnalités américaines et européennes en charge de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme international. Cette mobilisation des autorités et l'état d'alerte maximum décrété attestent de la gravité de la menace terroriste sur le Maroc. »
Devant le Parlement, Mohamed Hassad ministre marocain de l’intérieur a annoncé mardi dernier que plus de 3.000 djihadistes marocains ou d'origine marocaine, dont des responsables de l'Etat islamique (EI), combattent en Irak et en Syrie.1.122 Marocains sont affiliés à des organisations terroristes en Irak et en Syrie, aux côtés d'autres ressortissants européens d'origine marocaine dont le nombre est estimé à 2.000.”S'agissant de la seconde catégorie, le danger est “double”, a précisé le ministre. Ces personnes bénéficient, en effet, “de passeports européens facilitant leur mobilité d'un côté, et d'un autre. Elles sont en relation avec des groupes terroristes au Sahel”, estime-t-il ?
Que faire alors ?
Malheureusement face à ces attaques et ces menaces terroristes, les pays du Maghreb agissent en ordre dispersé alors leur services de sécurité doivent collaborer étroitement pour pourchasser et éliminer les terroristes et échanger leurs expérience pour traquer la nébuleuse terroriste et protéger leur populations.
Il n’est que temps de mettre de côté les conflits régionaux et de s’attaquer résolument à l’essentiel : la menace terroriste sur leur existence en tant que nations et états car la nébuleuse terroriste djihadiste vise à la destruction de ces pays en tant qu’état pour instaurer une Califat sensé de détruire les frontières et créer un état islamique du Maroc jusqu’en Indonésie.
C’est donc notre identité en tant que nations et pays qui est menacée. Allons-nous donc continuer de se chamailler dans des conflits régionaux ou frontaliers alors qu’une lourde menace pèse, mettant en jeu « un pronostic vital » ?

3 commentaires:

  1. L'Algérie se bat depuis 25 ans contre les terroristes de tout bord, le Maroc n'a jamais levé le petit doit ni proposé une collaboration au contraire il a accusé l'Algérie d'être responsable de l'attentat de Marrakech.
    Et maintenant que le Maroc aussi est concerné vous demandez une collaboration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur, vous devez avoir un problème sérieux qui vous empêche de raisonner convenablement. Comment voulez vous que le Maroc puisse se porter à l'aide de l'Algérie alors que celle là l'a attaqué en 1963, en 1975 et 1976 à Amgala (126 soldats algériens sont faits prisonniers) et est le 1er soutien au Polisario. Comment voulez vous que le Maroc puisse se porter à l'aide de l'Algérie alors que celle là occupe ses territoires et renie les accord avec le GPRA et même les accords de 1972 avec Boumédiène ? Comment voulez vous que le Maroc puisse se porter à l'aide de l'Algérie alors que celle là s'est déclaré unilatéralement son ennemie incontesté ? Comment voulez vous que le Maroc puisse se porter à l'aide de l'Algérie alors que celle la a déclaré la guerre de 1963 pour entériner son occupation du Sahara oriental marocain ? Comment voulez vous que le Maroc puisse se porter à l'aide de l'Algérie alors que celle là utilise argent, armement et diplomatie pour contrer son objectif de consolider son intégrité territoriale.
      A vrai dire, actuellement, les marocains, et après une politique de la main tendue qui a duré 40 ans, n’espère plus rien ni du Malg, ni du DRS, ni du FLN. Les marocains espèrent seulement que l'Algérie puisse exploser en mille morceau afin de pouvoir rêver un jour à l'UMA.

      Supprimer
  2. Pour l'instant, comme je l'ai signalé, les attentats sanglants malheuresement touchent l'Algérie et la Tunisie; le Maroc n'est l'objet que de menaces.
    En tout cas, il n'est jamais trop tard pour bien faire n'est ce pas?

    RépondreSupprimer