Sélection du message

Maroc: le nouveau modèle de développement d’après la Banque Mondiale.

Suite au discours royal au cours duquel,  le souverain a mis en cause notre modèle de développement et a demandé une réflexion pour la m...

lundi 3 novembre 2014

Maroc : l’Histoire pour contrecarrer la propagande algérienne au sujet du Sahara Marocain.


 Sous l’influence de la propagande algérienne et  pour justifier le référendum, certains organes de presse continuent de parler du Sahara marocain comme d’un territoire qui était sans maitre (terra niullus) au moment de sa colonisation par l’Espagne. Or il n’en est rien si on se réfère à l’Histoire.
Il a été établi que les Almohades qui qui ont régné sur le Maroc à partir de l’a 10 50 et les Sadiens qui ont régné au 16 siècle à partir de Marrakech venaient du Sahara. Il est à rappeler à cet effet que si l’Espagne a pris possession de Oued Eddhab en 1884, elle n’a pris possession de Saquia El Hamra qu’en 1912 date de l’établissement du protectorat franco-espagnol sur le Maroc.



Le 25 février 1958 feu Mohammed V  et après avoir rappelé les deux visites de son grand père Moulay Hassan au Sahara a proclamé que « Nous réclamons solennellement que nous poursuivons notre action pour le retour de notre Sahara dans le cadre du respect de notre droit historique » avant de dire ensuite que "le Maroc ne sera vraiment indépendant que lorsqu'il aura libéré toutes ses terres sahariennes". En 1965 , l’assemblée générale des Nations Unis dans sa résolution n°2072 a demandé à l’Espagne d’ « entamer des négociations pour le Libération de Sidi Ifni et Le Sahara Espagnol » liant donc le sort des deux territoires. Si Sidi Ifni a été rétrocédé au Maroc en 1969 mais celui-ci a continué à revendiquer ses provinces sahariennes. La revendication sur Sahara est donc bien antérieure à la création du Polisario.

La légalité de la récupération du Sahara :

C’est l’Espagne qui dans sa quête historique d’affaiblissement du Maroc depuis l’expulsion des arabes d’Andalousie et l’occupation des villes marocaines de Ceuta et Melilla, cherchait d’abord la création d’un état indépendant au Sahara en arguant que ce territoire était sans maitre « terra nillius » avant son occupation par l’Espagne. Pour prendre celle-ci de court, le 17 septembre 1974, dans une conférence de presse Hassan II annonça sa volonté de porter le différend devant la Cour International de Justice de La Hay pour un avis consultatif à l’effet de faire préciser le statut juridique du territoire du Sahara. Dans cette conférence de presse, le défunt Roi précisa « qu'au cas où la CIJ statuerait que le Sahara était une terre sans maître, avant sa colonisation par l'Espagne, le Maroc s'engageait à accepter l'organisation d'un référendum et à en respecter l'issue quelle qu'elle puisse être. » La Résolution 3292 de l’ONU adoptée le 13 décembre 1974, précisa la question à poser : Le Sahara occidental (Rio de Oro et Sakiet El Hamra) était-il, au moment de la colonisation par l'Espagne, un territoire sans maître (terra nullius) ? Si la réponse à la première question est négative, Quels étaient les liens juridiques de ce territoire avec le Royaume du Maroc et l'ensemble mauritanien ?

La CIJ a répondu de façon claire que le territoire n’était pas un terrain sans maitre d’une part et que des liens d’allégeance « unissaient les habitants du Sahara aux sultans du Maroc ». Les mêmes liens qui unissaient ces mêmes sultans aux autres régions du Maroc. La Cour a reconnu aussi des liens entre le Sahara et l’ensemble mauritanien qui ne constituait pas un état. La cour a répondu aussi à une question qui ne lui a pas été posée sur l’autodétermination des peuples mais pas à l’intégrité territoriale des états. C’est pourquoi, ce territoire a été d’abord divisé entre le Maroc et la Mauritanie qui s’est désistée volontairement par la suite au profit du Maroc.

Les liens d’allégeance avec les Rois du Maroc étaient les seuls liens de souveraineté qui unissaient aussi les autres régions du Maroc notamment des villes comme Marrakech, Agadir, Fès, Oujda, Meknès ou Tanger. Les juges de la CIJ qui ne voulaient apparemment rien comprendre aux liens d’allégeance qui en droit musulman constituaient les seuls liens de souveraineté à l’époque ont été aussi dans l’amalgame puisqu’ils ont demandé la consultation des populations sahraouis.
 La réponse du Maroc a été en ne peut plus claire : à la fin du protectorat franco- espagnol dans la zone nord, les populations des autres régions du Maroc liés aussi au Royaume par les liens d’allégeance n’ont jamais été consulté sur leur appartenance ou non à ce pays. Pourquoi alors la zone sud du Sahara Occidental. Par ailleurs si consultation il y a, cette consultation devait englober tous les habitants originaires de ce Sahara et qui se trouvent par milliers dans les autres régions du Maroc. Ce qui est un non-sens. C’est fort donc de l’avis de la CIJ que le Roi Hassan a entamé des négociations avec l’Espagne pour récupérer ce territoire après la Marche Verte.

Concernant le Polisario, les fondateurs de ce mouvement voulaient combattre l’Espagne dans le cadre de la souveraineté marocaine et c’est les atermoiements des autorités de l’époque qui ont conduits ce mouvement à tomber sous les escarcelles de la Libye de Kadhafi et de l’Algérie. Voir la vraie histoire du Polisario http://bouliq.blogspot.com/2012/11/la-vraie-histoire-du-front-polisario.html

 En effet l’histoire de Mohamed Abdelaziz ; le chef du Polisario est symptomatique à ce sujet. En effet le président de la RASD, de son vrai nom Hmatou Ould Khelili Mohamed Salem Rguibi est né à Marrakech en 1947 où il a effectué ses études primaires et secondaires avant de rejoindre Rabat pour des études supérieures. Il est marié à une algérienne de Tindouf devenue un personnage influent au sein de son mouvement. Il a donc préfère changer de nom, laisser tomber son pays et sa propre famille restée au Maroc dont son père Khelili Mohamed Salem Rguibi (retraité de l'armée marocaine) et ses deux frères, l'un est médecin à Casablanca et le deuxième avocat au barreau d'Agadir. L’histoire du Polisario déjà citée racontée par ses membres fondateurs est explicite à ce sujet.

En conséquence et pour contrecarrer la propagande algérienne et échapper à la langue de bois de certains organes de presse bien de chez nous, rien ne vaut les références historiques au sujet de notre Sahara. Références historiques qui doivent être maitrisés par nos diplomates, nos hommes politiques, les représentants de la société civile, nos journalistes et pourquoi pas enseignés à nos enfants et étudiants pour les immuniser contre la hargne de nos adversaire car  Sa Majesté ne cesse de nous répéter que l’affaire du Sahara est une de tous les marocains. A bon entendeur.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire