Sélection du message

Pourquoi les islamistes font fausse route au Maroc.

Le préambule de la constitution marocaine annonce " Le Maroc pays musulman souverain... " Pourquoi des petits malins veule...

lundi 5 juin 2017

Complément à ma proposition sur l' instauration de "l'état d’exception".

Dans un précédent article, j'ai lancé un appel  pour l'instauration de l'état d'exception afin de faire face à la situation que connait le pays. Suite à des observations émises sur les réseaux sociaux à ce sujet, je  donne sur ce qui suit plus d'éclaircissement sur cette proposition.

Plaidoyer pour l'application de l'article 59 de la constitution et l'instauration de l’État d'exception afin de sortir de la crise actuelle et de rétablir l'autorité de l’État
L’État d'exception que je préconise est limité comme je l'ai dit dans l'article( voir le lien ci-dessous) à trois ou 4 années et la formation d'un gouvernement resserré de 15 ministres avec de larges compétences pas de ministres délégués ni de secrétaires d'état pour éviter les chevauchement et les déperditions. Ce gouvernement peut être dirigé par une personnalité consensuelle et integre qui a le sens du dialogue mais sans appartenance politique et qui va avoir comme feuille de route, les discours de SM le Roi qui a mis le doigt sur tous les maux du pays.
Pour réussir à mon sens, ce gouvernement doit marquer une pause dans les investissements des infrastructures pour orienter tous le investissements vers la santé l'enseignement et la lutte contre la précarité en d'autres termes le capital immatériel.La lutte contre la chômage doit avoir comme cheval de bataille une aide massive aux petites et moyennes entreprises qui sont le creuset des emplois dans le pays à travers notamment des facilités pour l'obtention des crédits et surtout des exonérations fiscales.
Concernant la garantie des libertés pourtant prévue par la nouvelle constitution nous faisons confiance à SM bien entendu. En effet avant de rédiger mon article, j'ai pris le soin de jeter un coup d’œil sur son libellé dans les différentes constitutions.Si dans les constitutions d'avant 2011, la question des libertés n'est pas évoqué celle de 2011 précise bien dans son article 59 que pendant la période d'exception "Les libertés et les droits fondamentaux prévus par la constitution demeurent garantis". Autre chose, l'état d'exception n'est pas l'état d’urgente qui permet de passer outre les droits prévus par la procédure pénale.
Pendant cette période, partis politiques, syndicats et associations qui agissent actuellement en tant que sorte de "clubs fermés" avec les mêmes tètes ou presque doivent en profiter pour se réorganiser, s'ouvrir sur la société et injecter du sang neuf en s'ouvrant sur les potentialités que compte le pays. Ainsi nous aurons un vrai corps intermédiaire qui permet de prendre en charge les besoins et les doléances de la population et éviter aux autorités d’être face à la rue comme c'est le cas actuellement.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire